Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 08:07

Le rêve de tout romancier...

Julian SYMONS : Un manuscrit en or massif

Cantonné depuis longtemps dans le rôle de Sherlock Holmes, un peu à cause de son physique et beaucoup grâce à la qualité de son interprétation, Sheridan Haynes, qui possède les mêmes initiales que son personnage, Sheridan Haynes se morfond quelque peu dans l'attente de la pièce de théâtre ou du film qui le fera renouer avec le succès.

Pourtant le travail ne manque pas, même si parfois il est confidentiel. Ainsi il doit donner une représentation au Château de Baskerville au profit d'un seul spectateur : le richissime et énigmatique Warren Waymark.

Les rumeurs ne manquent pas de circuler à propos de ce personnage excentrique qui collectionne tout ce qui est en rapport avec le mythe de Sherlock Holmes.

L'une d'elle, tenace et invérifiable, prétend que Warren Waymark n'est plus de ce monde et qu'un imposteur, ou tout du moins un figurant, tient le rôle du milliardaire.

Sheridan Haynes est convié dans la même période à procéder à quelques lectures au Danemark, invité par la Silver Blaze Society, une association qui emprunte son nom à une nouvelle écrite par Conan Doyle. Sheridan Haynes y retrouve l'un de ses anciens condisciples scolaires qui lui propose d'acheter, ou de trouver un éventuel acheteur et dans ce cas pourquoi pas Warren Waymark, un manuscrit inédit et incomplet dû à la plume du père de Sherlock Holmes.

Les transactions s'engagent et entraînent l'acteur du Danemark à Amsterdam. Les morts commencent à tomber comme à Gravelotte autour de Sheridan Haynes qui se demande si, primo, le manuscrit proposé est authentique, et si, secundo, le milliardaire cloîtré est l'original.

 

Entraîné à son corps défendant dans cette histoire, Sheridan, dont on a fait la connaissance dans une précédente aventure publiée au Masque sous le titre La peau du rôle, Sheridan pourra remercier sa femme et son frère de le sortir de ce mauvais pas, même s'il n'en recueille pas toute la gloire dont il pouvait être en droit de prétendre.

Un roman dont l'action traîne quelque peu en longueur et Julian Symons nous avait habitué à mieux.

Julian SYMONS : Un manuscrit en or massif (The Kentish Manor Murders - 1988. Traduction de Jean Esch). Le Masque N°2048. Editions Librairie des Champs Elysées. Parution mai 1991. 224 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Xavier Lechard 20/12/2015 18:31

Ce fut, il y a une vingtaine d'années, ma première rencontre avec Symons et je me souviens m'être demandé pourquoi on faisait un tel foin de cet auteur - le livre était sympathique, sans plus. Il faut dire que j'avais un préjugé défavorable contre lui - ses opinions critiques énervaient beaucoup l'amateur de polar classique que j'étais (et suis demeuré) J'ai commencé à évoluer quelques années plus tard en découvrant "Une bêtise de faite" qui est selon moi un des très grands romans policiers des années soixante avant d'être finalement conquis avec "Dans la peau du rôle". Symons est un grand du polar et il est regrettable qu'il n'ait pas été reconnu comme tel en France de son vivant. Une petite réédition, please?

Oncle Paul 20/12/2015 18:45

Ce ne serait pas injustifié et dommage que Le Masque ait abandonné ses volumes omnibus, ou plutôt Intégrales comme il avait titré cette collection. Dans la Peau du rôle, effectivement, mais bien d'autres que j'ai lu avec plaisir, comme le 31 février. Il a été traduit dans diverses collections L'Aventure criminelle chez Fayard, ou Nuit Blanche chez Plon.... Mais il n'existe plus guère d'éditeurs œuvrant dans le genre policier d'énigme, préférant le roman noir... Hélas !

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables