Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 09:34

Un titre de cire, Constance...

Et joyeux Noël à tous !

Claude JOSTE : Le chandelier de Noël.

Si le voyage s'est bien passé, l'atterrissage est rude pour le chef-steward Jacques Morin. Son avion à peine posé, il est appréhendé par un agent fédéral du Narcotic Bureau. Sa valise est fouillée et dans le double fond reposent des petits paquets de drogue, ce qui est totalement prohibé aux Etats-Unis.

Morin se défend, arguant qu'il pensait qu'il s'agissait d'échantillons de parfum qu'une dame lui avait demandé de passer en fraude. S'il reconnait les faits, il ment toutefois sur l'identité de la personne qui lui a refilé ce cadeau empoisonné.

C'est un peu de sa faute aussi. Il n'avait qu'à pas se laisser entraîner à jouer dans un Cercle et surtout perdre. Et pour régler ses dettes, il avait accepté ce petit arrangement proposé par Sonia, sa maîtresse depuis six mois. Et ce au mépris qu'il fut fiancé et a lâchement plaqué sa promise Carole.

Au bout de six mois enfermé dans un pénitencier, il est libéré et peu regagner la France. Six mois en butte à des codétenus qui auraient aimé lui faire passer le goût du hamburger mais n'ont pas réussi, à leur grand désappointement. Ils n'ont pas apprécié qu'il ait mangé la consigne, car tout bon truand qui se respecte ne dénonce jamais ses petits camarades. Sauf que Morin n'est pas un truand et ne connait pas un soi-disant code de l' honneur.

De retour en France, à quelques jours de Noël, il retrouve Carole et Sonia. Carole prête à accepter de renouer, et même partir en Australie avec lui sous une nouvelle identité. Elle l'aide même à retrouver la trace de Sonia qui a déménagé. Car Morin a besoin d'argent pour réaliser ses projets et c'est auprès de Sonia qu'il quémande.

Sonia, qui est une cover-girl, en parle à Max, le photographe, qui la prend sous toutes les coutures, sauf celle auxquelles vous pensez car il est homosexuel, mais surtout celui qui a imaginé se servir de Morin comme passeur.

Morin retrouve Sonia chez elle et exaspéré par ses déclarations, il empoigne un chandelier. Sonia lui balance une flûte d'eau, dans laquelle trempait une rose qui n'avait rien demandé à qui que ce soit, et Morin ainsi aspergé recouvre ses esprits.

Il revient le lendemain récupérer l'argent promis par Sonia mais découvre son cadavre. Les policiers, qui ont été avertis par un appel téléphonique anonyme, le découvrent prostré près du corps et du chandelier ensanglanté et n'ont aucun mal à l'appréhender.

 

Le lecteur assiste en direct au meurtre de Sonia, donc il connait l'identité de l'assassin. Le commissaire principal Jérôme Thiébaut, du 36 Quai des Orfèvres, est sollicité pour découvrir le coupable, même s'il l'a sous la main. Son adjoint Lambert se charge de cuisiner Morin, mais quelque chose chiffonne Thiébaut.

Le chandelier de Noël, premier roman de Claude Joste dans la collection Spécial Police car il en avait déjà publié dans la collection Feu, voit l'apparition, tardive, du commissaire Thiébaut, qui deviendra un personnage récurrent. Il possède des similitudes avec deux célèbres personnages, se montrant tout à la fois un peu Maigret, un peu Columbo, dans leur façon de procéder mais pas dans leur physique.

Pour le côté Maigret voici ce que cela donne :

Cette question, il aurait dû la poser depuis le début, mais il avait préférer s'imprégner lentement de l'atmosphère de cette chambre, essayer de se faire une image de Sonia Volovniev vivante, prendre l'affaire du "dedans" comme il aimait à le dire.

Pour Columbo, cela est plus diffus, mais l'intrigue en elle-même ressemble aux histoires de cette série télévisée puisque le téléspectateur voit l'assassin perpétrer son forfait.

Thiébaut fit trois pas en direction de l'atelier et demanda, sans y attacher volontairement beaucoup d'intérêt :

Je suppose que vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que je bavarde quelques instants avec...

Le lecteur ayant toutes les données en mains attend l'épilogue en se demandant comment Thiébaut va confondre le coupable. Mais l'auteur sort un lapin de son chapeau tout en restant logique dans son raisonnement. Donc la fin déçoit quelque peu, mais est largement compensée par l'intrigue en général et le début en particulier.

Claude JOSTE : Le chandelier de Noël. Collection Spécial Police N°599. Editions Fleuve Noir. Parution 1967. 222 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables