Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 15:10

Les enfants sont comme les adultes, ils ont leurs joies et leurs peines.

Mais ils les éprouvent plus tôt...

Véronique VIGNE-LEPAGE : Epoustouflants destins d'enfants.

Les enfants-héros abondent dans la littérature jeunesse et la littérature tout court, les confrontant à des situations exceptionnelles, dramatiques, amusantes, exotiques, courageuses, mais jamais banales. Les exemples sont si nombreux que l'on ne peut les recenser tous, mais l'on pourrait citer Rémi, héros de Sans Famille d'Hector Malot, de Mowgli, l'enfant du Livre de la Jungle de Rudyard Kipling, ou Le Petit Lord Fauntleroy de Frances Hodgson Burnett.

Mais qu'en est-il dans la vie courante où les adultes sont souvent montrés en exemple, dont la carrière, les actions, les coups d'éclat font florès ?

Véronique Vigne-Lepage pallie cette lacune en nous présentant vingt et un destins qui font frémir, rêver, réfléchir, s'enthousiasmer, s'attendrir, s'émouvoir...

 

Parmi les infortunes décrites, l'une des plus dramatiques est bien le tragique destin des Enfants d'Izieu, Une colonie presque ordinaire, le 6 avril 1944. Pourtant Sabine et Miron Zlatin pensaient que les gamins qu'ils avaient recueillis, soit avec l'assentiment de leurs parents, soit parce que ceux-ci avaient été déportés ou tués, seraient à l'abri des exactions nazies.

Toujours dans la tragédie, mais qui heureusement se termine bien, l'épopée navale de Lolo et Monmon, Michel et Edmond pour l'état-civil, trois et deux ans. Ces deux bambins sortiront indemnes du naufrage du Titanic. Mais qu'allaient-ils faire en cette galère ? A l'origine, une simple histoire de divorce et d'un père qui voulait garder ses deux enfants en s'enfuyant aux Etats-Unis.

Tragédie aussi, qui nous touche moins peut-être, car éloignée dans le temps et advenue à un enfant royal, dont les avatars se déroulent au XVIIIe siècle, celle de Louis Charles Bourbon, fils de Marie-Antoinette dite l'Autrichienne et de Louis XVI. Enfance d'un gamin normal ou presque qui aurait pu être heureuse, sauf qu'il se retrouve Dauphin à la mort de son aîné Louis-Joseph, et qui terminera sa vie au Temple, après avoir perdu ses parents dans des conditions de Terreur. Comme quoi le Sang bleu peut également se définir comme Sang royal, sang mortel.

Enfermés également dans une geôle, Henri et François, les deux jeunes fils de François 1er, détenus par Charles Quint pour une sombre histoire d'antagonisme et de jalousie pour quelques lopins de terre que l'un veut annexer alors que l'autre refuse. Otages à 6 et 8 ans... par raison d'Etat, mais l'état a-t-il raison ?

 

Le courage n'est pas inné, cela dépend des circonstances et du danger auquel on peut être confronté. Ainsi Noël, ainsi prénommé parce qu'il est né un 24 décembre, va devenir à 14 ans, le plus jeune poilu de la Grande Guerre ! Un peu par hasard. Son père est parti sur le front, sa mère vient de décéder, le régisseur du domaine dans lequel il a été placé le prend en grippe et en feuilletant un journal local, il apprend que le bureau de placement de Montpellier recherche du personnel agricole pour les mas de la région. Il se rend donc à Montpellier, 25 kilomètres à pied, s'endort sur un banc de la gare, puis partage le repas de zouaves qui se rendent dans l'Est de la France. Et c'est comme ça qu'il les suit et deviendra le plus jeune poilu imberbe !

 

Les enfants ne sont pas des animaux savants, même si parfois les médias les montrent comme tels.

Et parmi ces gamins placés sous les feux de la rampe, les exemples ne manquent pas.

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont a adapté un vieux conte intitulé La Belle et la Bête, dont la première version pourrait être Amour et Psyché d'Apulée. La deuxième version est tirée du folklore italien et adaptée en 1550 par Francesco Straparola. Or en 1547, des émissaires d'Henri II ramènent des Canaries un étrange personnage dont les courtisans se demandent s'il s'agit d'un homme ou d'un animal. Cette chose se nomme Don Pedro Gonzales et serait né en 1537. Rebaptisé Petrus Gonsalvus, ce jeune garçon a le corps et le visage couvert d'un pelage fauve d'une dizaine de centimètres de long. Cette histoire est narrée sous le titre Petrus et Antonietta, les sauvages du Roi, Antonietta étant l'un des fruits du mariage de Petrus avec une charmante jeune fille dont la famille est proche de la cour royale.

Petrus Gonsalvus

Petrus Gonsalvus

Les petits prodiges ne manquent pas, mais il y a eu ceux qui ont confirmé par la suite, en vieillissant, et les autres, tombés dans un relatif anonymat.

Roberto, l'angelot à la baguette magique, Benzi, chef d'orchestre à onze ans, fut le premier musicien classique dont j'ai retenu le nom alors que j'avais à peu près cet âge, en regardant à la télévision dans le hall du Havre Libre, les deux films qui lui ont été consacrés : Prélude à la gloire et L'appel du destin, dans lesquels il interprète son propre personnage, une histoire qui ne reflète toutefois pas la réalité.

De même L'étrange Minou Drouet, fit beaucoup parler d'elle dans le milieu des années 1950, et je connaissais son nom grâce à la radio, et surtout les différentes prises de position des adultes de mon entourage. Des conversations entendues et auxquelles je ne prenais pas part évidemment, occupé à jouer dans mon coin, mais qui se sont incrustées toutefois dans ma mémoire.

Et c'est encore par un film, Monsieur Fabre, que j'appris ce qu'était un entomologiste et plus particulièrement Jean-Henri Fabre, L'ami intime des insectes. Comme quoi certains films et leur rediffusion à la télévision peuvent être bénéfique.

 

La curiosité est un vilain défaut partait-il, mais il est bon d'être curieux sans être indiscret. Valentin, de la fange... à la Cour impériale, le démontre lui qui était affamé de connaissances et de savoir.

 

Bien d'autres destins sont ainsi évoqués, des gamins qui sont célèbres sans que leurs noms soient connus, comme les Petits Chanteurs à la Croix de Bois, une manécanterie créée en 1906 par deux étudiants parisiens dans le quartier de Vaugirard et qui prendra vraiment son essor lors de la fusion avec la Bellevilloise de l'abbé Maillet. Ou comment fut découverte, par hasard, par un chien feu-follet, et un adolescent natif de Montignac accompagné de jeunes vacanciers, la grotte de Lascaux, à la fin de l'été 1940.

Et comme il faut toujours une part de rêve, que penser du destin de cette gamine de quatorze ans, enlevée, alors qu'elle gardait ses moutons, par un officier, un prince prussien, en voyage dans la région de Blois. La Bergère et le Prince serait le sujet d'une adorable histoire, si elle ne s'était pas déroulée véritablement.

 

Vingt et un destins décrits avec simplicité, mais avec passion, érudition, enthousiasme et parfois une note de poésie, par Véronique Vigne-Lepage, et qui devraient réconcilier tous ceux qui sont fâchés avec la jeunesse turbulente qui défraie trop souvent de nos jours les chroniques journalistiques. Et en complément une préface de Patrick Poivre d'Arvor, ainsi qu'une bibliographie permettant d'approfondir plus en détails certaines de ces histoires vraies.

 

Visitez le catalogue de l'éditeur, vous trouverez sûrement un ouvrage à offrir pour Noël :

Véronique VIGNE-LEPAGE : Epoustouflants destins d'enfants. Le Papillon Rouge éditeur. Parution 23 octobre 2015. 288 pages. 19,90€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article

commentaires

Bébert 30/11/2015 15:53

Une critique de livre qui donne envie. Merci Oncle Paul.

Oncle Paul 30/11/2015 16:28

Mais c'est le but du jeu, du blog, essayer de faire découvrir des ouvrages intéressants, en toute impartialité et sans flagornerie. Lorsque je n'ai pas aimé, je l'explique, sans écrire pour autant que c'est mauvais, car tout est subjectif, et ce que l'un a aimé n'est pas forcément apprécié par l'autre.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables