Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 13:06

Lorsque le G8 se réunit, cela se passe dans une

ambiance chaude et chaleureuse...

Maxime VIVAS : Comme le scorpion, mon frère.

En cette fin de juillet 2001, Renaud et Leslie font la connaissance, à bord du train qui les conduit en Grèce, via l’Italie, de Guillaume et Gros Jean qui eux se rendent à Gênes dans le but de manifester contre le sommet du G8.

Guillaume leur propose de faire escale et de participer à cette protestation qui va réunir Italiens et altermondialistes de l’Europe entière. Renaud n’est pas emballé mais pour Leslie, c’est l’occasion de connaître autre chose que sa petite vie douillette.

Guillaume leur affirme qu’il ne s’agira que d’un rassemblement bon enfant, et donc pas de danger à craindre. Mattéo, qui veut devenir photographe, s’intéresse lui aussi à cet événement qui va propulser sa ville sur les ondes médiatiques.

Il est abordé par Francesco qui le prend sous son aile. Son nouvel ami affirme être docker et vilipende Berlusconi, qu’il qualifie de dictateur. Si la première soirée de Guillaume et de ses compagnons se passe dans le calme, le lendemain, il n’en va pas de même. La police charge contre tout ce qui bouge, même sur les ambulances qui convoient les premiers blessés. La hargne guide les policiers mis sous pression par leurs autorités. Brimades, exactions, tabassages, tortures, et morts d’hommes par balles réelles sont le lot des participants qui ne voulaient que crier leur engagement contre la mondialisation financière des pays les plus riches du monde.

 

Maxime Vivas, en jetant un coup de projecteur sur une petite poignée de manifestants qui se veulent pacifiques, propulse le lecteur dans un roman reportage, dans un documentaire sur un événement qui a fait la une des journaux et qui n’est pas à l’honneur de pays dits civilisés.

On ne peut que ressentir de la sympathie envers les protagonistes malheureux et se poser de nombreuses questions sur les agissements des policiers et de leurs dirigeants.

Un témoignage troublant recueilli auprès de témoins, de photographes, de cinéastes, d’organes d’information traditionnels et de sites Internet. Un ouvrage à conseiller à tous ceux qui désirent connaître une vérité que certains réfutent.

Maxime VIVAS : Comme le scorpion, mon frère. Coll. La Cerise noire, éditions Le Temps des Cerises. Parution octobre 2003. 172 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Roman Policier et Noir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables