Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 08:22
Joseph BIALOT : Les bagages d'Icare.

M'étonne pas qu'il soit tombé à la baille s'il était en surcharge...

Joseph BIALOT : Les bagages d'Icare.

Rien ne vaut la campagne, le silence, l'air pur, la tranquillité !

Des ingrédients indispensables pour que les petites cellules grises des publicitaires en mal d'inspiration puissent bouillonner à l'aise, et découvrir le slogan choc d'une marque de couches-culottes pour bébés modernes.

Mais Philippe Barret, le directeur de l'agence Média's, ne pensait certes pas en organisant un séminaire dans le Lot, que deux de ses collaborateurs allaient perdre la vie. Et donc qu'ils seraient mal barrés.

Bon d'accord, les divergences, les accrochages s'exaspèrent toujours un peu plus lorsqu'on vit en vase clos. Les petites phrases perfides ne font pas toujours plaisir. C'est bon, parait-il, pour l'intellect, pour forcer la créativité.

En tout cas, Alain le créatif du groupe, est retrouvé mort, assassiné. Ensuite Cathy s'enfuit en voiture. Les soupçons pèsent sur elle, d'autant qu'elle possède un motif. Jean-Charles, son mari, lui a annoncé qu'il l'a quittait. Pas pour une femme, non ! Pour un homme ! Pour Alain justement. Cathy est retrouvée morte, apparemment d'un accident de voiture. Mais le petit trou rond dans sa tête est l'œuvre d'une balle de revolver.

Philippe Barret, qui ne fait pas confiance à la police, décide d'enquêter pour son propre compte. Il n'apprécie pas du tout que l'on tue impunément ses collaborateurs. Alors il requiert les services de son ami Didier Valois, un comédien en quête d'emploi.

 

Les bagages d'Icare est le troisième roman dans lequel on retrouve Didier Valois et son ami Neurone, alias Philippe Barret, reconverti dans la publicité.

Leurs précédentes aventures avaient pour titre : Un violon pour Mozart et Le Royal-bougnat. Une histoire complexe à souhait mais dont le début, malgré les décès impromptus est nettement plus guilleret que la dernière partie du roman.

Un livre qui tient ses promesses, certes, mais dont le ton imperceptiblement change au fur et à mesure que se développe l'intrigue, d'humoristique se transformant en noir sérieux. Dommage.

 

Joseph BIALOT : Les bagages d'Icare. Série Noire N° 2259. Parution mars 1991. 224 pages. 6,65€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Spécial Série Noire
commenter cet article

commentaires

La Petite Souris 26/10/2015 17:34

Un ersonnage qui s'appelle Neurone , rien pour ca il mérite d'être lu !! bon, aussi parceque l'auteur a du talent ! je sais que j'ai lu quelque chose de lui mais là, tout de suite, comme ca, je ne me rappelle pas ! d'ailleurs je ne me rappelle pas non plus du prénom d'Alzheimer !

Oncle Paul 27/10/2015 10:55

Bonjour Bruno
Ne cherche pas : Ton cerveau commence à s'engourdir avec les premiers frimas d'un hiver proche. Laisse décanter et ça ira mieux...
Amitiés

Gaspésie 24/10/2015 21:17

"Dommage". Dans les notes que je prends après la lecture de chaque roman j'ai employé le même mot pour conclure. J'avais trouvé ces "Bagages d'Icare" bâclées et décevantes très loin de la qualité du "Salon du prêt-à saigner".

Salutations

Oncle Paul 26/10/2015 14:46

On a beau aimer un auteur, le connaître même, cela n'empêche pas d'être sincère et d'écrire ce que l'on ressent. Une forme de respect envers le lecteur.
Cordialement

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables