Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 08:14
James Hadley CHASE : Méfiez-vous, fillettes !

Il ne faut jamais refuser les avances d'une femme, même si elle est déjà âgée et physiquement mal conservée.

James Hadley CHASE : Méfiez-vous, fillettes !

C'est ce qu'apprend à ses dépends Hamsley, danseur mondain, dont le domaine de chasse est le Club 22 tenu par Grantham.

Madame Polson accuse Hamsley d'avoir voulu la violer, et son mari, le propriétaire du Saint-Louis Banner, est furieux et il exige de Jay Ellinger, journaliste spécialisé dans les affaires criminelles, qu'il se renseigne sur Grantham et le présumé violeur.

Jay Ellinger, mais c'est vraiment pour faire plaisir à son rédacteur en chef qui se trouve sur une chaise éjectable, accepte à contrecœur d'enquêter sur les deux hommes et éventuellement découvrir quelque chose qui serait susceptible d'intéresser les policiers. Il se rend donc au fameux club où il retrouve une de ses connaissances, Perminger dont la femme, Sadie, est également présente mais attablée à un autre endroit. Grantham n'aime pas les journalistes et le fait savoir. Seulement en bon journaliste de chasse, Jay ne lâche pas le morceau facilement.

Grâce à un musicien, Jay apprend qu'un client du nom de Fletcher a foutu le bordel peu avant au Club 22 et s'est fait renvoyé manu militari avec tabassage en règle à la clé. Il se rend immédiatement chez Fletcher qui déclare que sa sœur a été embrigadée de force comme prostituée par Grantham. Seulement il ne peut pas le prouver. Toutefois Jay parvient à savoir que le Club 22 est un bordel dépendant de Tootsie Mendetta, un caïd qui a la main mise sur le trafic de tapineuses de Saint-Louis.

Une prostituée est découverte étranglée. Cela commence à grenouiller dans le quartier. Un homme de Mendetta a aperçu un homme sortir de l'hôtel où a eu lieu le crime. Il a reconnu Raven, un autre truand, qui vient d'arriver à Saint-Louis. Auparavant il était à Chicago, tout comme Mendetta. Il est arrivé à Saint-Louis sans le sou mais pas sans ambition.

Polson demande à Jay d'arrêter son enquête car il est lié à Mendetta, tout comme certains notables de la cité dont le procureur et le juge, mais rien n'y fait. Alors devant son refus, le journaliste est envoyé à New-York suivre un procès criminel.

Raven, qui possède sa garde privée sous forme de trois lascars entièrement dévoués à son service; veut s'emparer des affaires de Mendetta et il ne fait pas dans le détail. Il abat Mendetta et sa maîtresse, seulement Sadie l'a aperçu opérer depuis la fente de sa boite aux lettres. En effet Mendetta et le couple Perminger sont voisins de palier. Benny Perminger était absent à ce moment là à cause d'une crise de jalousie de Sadie.

Sadie est enlevée et Perminger est dans tous ses états et en informe Jay. Raven s'impose dans les maisons closes dont la principale est tenue par une métisse qui sait comment casser les filles qui lui sont confiées. Raven empêche par tous les moyens les péripatéticiennes de continuer à exercer leur métier dans la rue, en employant des moyens radicaux.

Il réforme le système de prostitution et fait enlever des jeunes femmes aussi bien à Saint-Louis que dans des grandes villes comme Kansas City, Denver, Springfield, et augmente son cheptel.

 

Méfiez-vous , fillettes ! est un roman noir, dur, âpre, qui se décline sur trois périodes de quelques jours chacune. Juin, août et septembre. Dans ce conflit entre truands puis la mainmise de Raven sur la prostitution, James Hadley Chase est du côté des prostituées malgré elles. Il insiste sur le rôle joué par la mère maquerelle et les sbires de Mendetta puis de Raven, sur les méthodes employées afin de briser la résistance des victimes. Les policiers ne se sentent pas concernés par les disparitions qui leur sont signalées et ne font aucun effort dans leurs recherches. Seuls les chauffeurs de taxi regrettent que la prostitution affichée dans les rues soit éradiquée au bénéfice des maisons closes par Raven car les courses nocturnes deviennent quasiment nulles.

Raven sait qu'il y aura toujours des clients pour son petit négoce de chair fraîche et il sait comment s'y prendre pour augmenter ses bénéfices. Sadie est devenue sa maîtresse officielle, mais il est persuadé qu'elle a le ressort brisé, tout comme certaines prostituées placées sous la coupe de la métisse. Mais c'est mal connaître les ressources morales de ces jeunes femmes.

James Hadley Chase insiste également sur le racisme ambiant qui règne sur la cité même parmi les prostituées autochtones. Il ne s'attarde pas sur les sévices infligés à ces futures prostituées, mais ce qui choque le plus ces jeunes femmes, c'est de se réveiller, après une séance viol au cours de laquelle elles étaient endormies, auprès d'un nègre, mot qui était couramment usité à l'époque, d'un Chinois ou d'un Philippin. Chase jette l'opprobre aussi bien sur les proxénètes que sur les clients, car s'il n'y avait pas de demande, cette profession n'existerait pas.

 

La seule passion de Raven réside dans une occupation qui lui prend parfois des heures, et toute la surface qu'une pièce de l'appartement qu'il occupe. C'est un fanatique des petits trains et il a installé un immense circuit ferroviaire qui lui détend les nerfs.

 

Curiosité :

Ce roman porte la double signature de James Hadley Chase et de Raymond Marshall, cet auteur étant publié aux débuts de la Série Noire indifféremment sous ces deux noms. Par la suite seul celui de J. H. Chase sera apposé sur les couvertures des romans publié dans cette collection puis les inédits dans la collection Poche Noire.

 

Ce roman a été adapté au cinéma par Yves Allégret en 1957 avec dans les rôles principaux : Antonella Lualdi, Robert Hossein et bien d'autres comédiens dont vous pouvez retrouver la liste ici.

James Hadley CHASE : Méfiez-vous, fillettes !
Réédition Poche Noir N°91. 1969.

Réédition Poche Noir N°91. 1969.

Réédition Carré Noir N°60. 1972.

Réédition Carré Noir N°60. 1972.

Réédition Collection Chase N°17. Parution mai 1996. 272 pages.

Réédition Collection Chase N°17. Parution mai 1996. 272 pages.

Réédition Folio Policier N°490. Parution décembre 2007. 8,00€.

Réédition Folio Policier N°490. Parution décembre 2007. 8,00€.

James Hadley CHASE : Méfiez-vous, fillettes ! (Miss Callaghan comes to grief - 1941. Traduction de Jacques Legris). Série Noire N°41. Parution octobre 1949. 254 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Spécial Série Noire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables