Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 07:52
Hervé LE CORRE : Les effarés.

... Sont effarants !

Hervé LE CORRE : Les effarés.

François, Richard et Manuel se sont spécialisés dans l'attaque de camions sur les parkings, les dévalisant de leur fret généralement constitué de magnétoscopes et autres matériels de consommation moderne.

Jusqu'au jour où l'un des chauffeurs se rebiffe et que Richard, mauvais comme une teigne, se laisse aller à ses mauvais instincts. Résultat un mort sur le bitume. M. Philippe leur commanditaire n'apprécie guère cette bavure.

Dans un immeuble désaffecté de la banlieue bordelaise, Olive et Taieb s'instruisent en reluquant les revues porno qu'ils ont chouravées. Ils fantasment, rêvant de s'occuper de leur copine Mila qui a bien du mal à éviter les sales pattes de René, son beau-père. René fricote avec le trio de dévaliseurs de camions et, entre deux crises de délirium, revend aux gens du quartier sa part de butin. Le père de Taieb se laisse prendre au piège du recel et achète magnétoscope et caméscope. Un soir, une algarade oppose Taieb à son père. L'adolescent balance par la fenêtre un des objets récemment achetés par son père, blessant un quidam qui se promenait tranquillement. L'occasion pour les flics de renvoyer dans son Maroc natal le père de Taieb.

Mila, en voulant échapper aux attouchements qu'aimerait lui prodiguer René, tombe dans les bras du trio infernal, lequel trio s'empresse de la confier à M. Philippe qui saura l'utiliser.

Pour résoudre l'affaire du camionneur assassiné et toutes les imbrications qui en découlent, l'inspecteur Marion Ducasse se décarcasse et goûte l'amertume d'une enquête dans laquelle la violence est le maître mot.

 

Troisième roman d'Hervé Le Corre à la Série Noire, Les effarés se veut le reflet d'une époque, reflet ancré dans le miroir glauque d'une banlieue déshéritée, avec ses jeunes en perdition, ses immigrés, ses dealers, ses flics obtus et sa faune loubarde.

 Hervé Le Corre implante le décor dans une région qu'il connaît fort bien, sans trop accumuler les clichés. Seulement l'on pourra regretter la complaisance qu'il affiche dans les descriptions de scènes de violence, sacrifiant au réalisme des situations.

Pourtant quelques belles pages se dégagent de ce récit et font d'Hervé le Corre un grand auteur noir qui se doit de canaliser ses pulsions. Parfois une simple évocation suffit pour fournir le grand frisson au lecteur.

Hervé LE CORRE : Les effarés. Série Noire N° 2439. Parution novembre 1996. 240 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Spécial Série Noire
commenter cet article

commentaires

Serge 31 13/08/2015 01:05

"Du sable dans la bouche" (et non dans la tête, ami Boris) figure aussi parmi mes préférés de cet auteur incontournable qui travaille autant ses intrigues que son style...
Amitiés à tous deux.

Oncle Paul 13/08/2015 14:38

Bonjour Serge et Boris
Du sable plein la bouche Série Noire n°2327 effectivement, lu mais aucun souvenir... Mais il est vrai Boris que lorsque l'on a plus ou moins vécu certains événements décrits par un romancier, cela marque plus...
Amicalement votre...

Boris 12/08/2015 18:47

Hervé le Corre était déjà très bon à l'époque ; la qualité de son écriture n'a cessé de se bonifier depuis. Je ne me rappelle pas de ces scènes de violence mais ça ne m'a jamais vraiment choqué, sauf lorsqu'elles sont gratuites (comme parfois Chez Giebel ou Le Maitre et toujours chez Tabachnik

Boris 12/08/2015 23:49

Je te prête tout le temps que tu veux. la violence ne m'a jamais gênée chez Le Corre. Mon préféré de sa période SN est tout de même "Du sable dans la tête". Il évoque le problème basque et en le lisant j'ai été persuadé que lui et moi avions été à la fac de Bordeaux en même temps. J'ai eu l'impression de lire des événements que j'avais déjà vécu. C'est sans doute ça qui en fait à mes yeux l'intérêt. Je lui avais posé la question à Bonne Encontre, cette année mais il m'a dit que non. troublant...

Oncle Paul 12/08/2015 18:53

Je suis gêné par les scènes de violence, mais chacun ressent cela différemment selon son tempérament. Qu'elles soient gratuites ou non d'ailleurs. Il faudra que je remette ma chronique sur son premier roman, afin de comparer. Depuis je n'ai rien lu d'autre, une lacune je sais, mais si tu as du temps à me prêter, j'accepte volontiers
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables