Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 08:15
Bill PRONZINI : Fantômes en flammes

Pour faire un écran de fumée ?

Bill PRONZINI : Fantômes en flammes

Au début des années 1850, au moment de la ruée vers l'or, de nombreuses ville-champignon ont poussé en Californie, créées par les prospecteurs.

Ces villes possédaient des noms évocateurs : Whiskyville, Faux-Tonnerre ou Lève-toi et marche.

Musket Creek, près des monts Shasta, se vit baptisée d'un nom évocateur et trivial, à l'origine indéterminée. Il s'agit de Ravin du cul-défoncé.

Ville fantôme maintenant qui abrite une quinzaine de personnes dégoutées de la ville. Des anachorètes. Parmi ces habitants amoureux du calme, un peintre, un professeur, un banquier...

Mais ils n'acceptent pas qu'une société de promoteurs, la Northern Development, jette un œil sur ce village fantôme dans le but de l'aménager, car dans ce cas fini la tranquillité et bonjour les touristes.

Et lorsque le président de cette société décède dans l'incendie de sa propre maison, cela semble douteux à l'agent de la Great Western Insurance.

Surtout lorsqu'il faut débourser de l'argent, mais ça c'est commun à toutes les assurances !

En fait c'est le Nameless, vous savez le détective sans nom, l'anonyme, qui est contacté pour effectuer l'enquête sur ce décès qui arrange beaucoup de monde.

Pauvre Nameless qui comptait bien partir en vacances avec Kerry, sa fiancée, du côté de Santa Barbara. Mais Kerry décide qu'ils iront passer tous deux leurs vacances sur le lieu de l'enquête, joignant ainsi l'utile à l'agréable.

Agréable oui, mais jusqu'à un certain point et le Nameless ne trouve particulièrement plaisant de côtoyer les flammes d'un nouvel incendie.

 

Si cette enquête n'est pas franchement agréable pour notre ami le Nameless, elle l'est pour le lecteur qui ne s'ennuie pas une seule seconde et s'enflamme même toujours autant à la découverte de ses aventures souvent tumultueuses, comme on s'en rendra compte dans un prochain épisode intitulé Le Carcan.

 

Bill PRONZINI : Fantômes en flammes (Nightshades - 1984. Traduction de Noël Chassériau). Série Noire N°2031. Parution janvier 1986. 256 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Spécial Série Noire
commenter cet article

commentaires

Gapésie 02/09/2015 11:53

Bonjour,

" Nameless " est une des personnages que j’apprécie le plus même si le hasard des achats fait que je ne lis pas ses aventures dans l'ordre chronologique. De ce fait je reprends régulièrement les volumes déjà en ma possession pour me remémorer les précédentes péripéties de la série ou les dernières évolutions du personnage. " Fantômes en flamme " et son petit côté " western ", outre la présence de Kerry, m'avait beaucoup plu et il est très dommage que cet auteur ne soit plus édité ou réédité. On pourrait rêver de volumes " quarto ".

Salutations

Oncle Paul 03/09/2015 16:36

Bonjour
Bill Pronzini mériterait en effet des rééditions. On peut rêver enfin de volumes Quarto, mais des rééditions groupées en Folio serait déjà pas mal.
Cordialement

Boris 30/08/2015 19:58

Oui, le Carcan (à venir..) est un grand bouquin. C'est lui que j'ai choisi de chroniquer pour le N° "Nos 100 polars préférés". Pronzini est un excellent auteur et encore vivant. Sur Wikipedia, j'ai vu qu'il n'a pas été traduit en français depuis fort longtemps (fin des années 90) alors que son dernier roman est sorti aux USA en 2012.

Oncle Paul 30/08/2015 20:30

Wikipédia est incomplet car aux éditions du Rocher deux ouvrages sont parus
Le crime de John Faith en 2001 et Longue est la nuit en 2002. Les éditions L'Ecailler ont publié La mort sans peine en 2005 et les éditions Denoël Mademoiselle Solitude en 2014. Mais c'est bien peu si l'on se fie à la production de Bill Pronzini et à son talent. Serait-il mis à l'index ? D'autant que François Guérif avait publié chez Engrenage International Mercredi des Cendres puis chez Rivages au début de la collection Rivages Noirs deux titres dont un en collaboration. Pourquoi n'a-t-il pas continué ? Pas assez de ventes ?
Amicalement

Xavier Lechard 30/08/2015 10:38

Bill Pronzini est un auteur de premier plan, très constant dans la qualité. Dommage que les éditeurs français l'aient un peu laissé tomber ces dernières années...

Oncle Paul 30/08/2015 16:47

Il y a eu deux ou trois tentatives d'édition (Le Rocher, L'Evailler et dernièrement Denoël) mais je déplore que Rivages, par exemple n'ait pas embrayé car en 1989 François Guérif avait deux titres de Pronzini dont un en collaboration et depuis plus rien. Les lois de l'édition sont impénétrables...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables