Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 09:17
Frédéric CASTAING : - Ça va ? - Ça va.

Moi ça va, merci, et vous ?

Frédéric CASTAING : - Ça va ? - Ça va.

Surnommé François par les infirmières qui le soignent, un amnésique se voit remettre par Nœud Papillon, le toubib, un petit magnétophone qui lui permet d'enregistrer tout ce qui lui vient à l'esprit, le moindre détail, afin de retrouver, peut-être, son identité.

Sa photo parait dans les journaux et une émission télé doit lui consacrer un sujet.

François, au bout de quelques semaines, se promène en ville. Il est agressé par un cafetier qui brandit une coupure de journal et lui parle d'un certain Georges. François trouve, grâce à Nœud Papillon du travail à Paris dans une piscine. Un client le prend à part, l'appelle Pascal, "son" Pascal, et lui dit qu'un certain Alex ne serait pas content s'il savait qu'il est toujours vivant. Les réflexes fonctionnent toujours et lors d'une algarade dans un café, afin de sauver la mise d'un collègue, François montre qu'il sait se servir de ses poings, et qu'il a une préférence pour les yeux, les doigts pointés en fourche.

Comme il lui faut des papiers, il se présente à la Préfecture de Police en compagnie du maître-nageur lequel reconnait Alexandre Canale, le préfet de Police. Il est accompagné d'une jeune femme et d'un homme que François/Pascal surnomme Champion Joe et auquel il s'est déjà frictionné.

L'amnésique comprend qu'il a eu à faire avec Canale avant de perdre la mémoire. Il rencontre d'autres personnes qui le reconnaissent et lui crachent dessus. Il apprend peu à peu qu'il a été flic puis qu'il est parti à Biarritz comme maître-nageur. Il est obligé de fuir et passe ses journées dans une bibliothèque où il fait connaissance de Mathilde qu'il appelle Veste Rouge.

Champion Joe étant toujours sur leurs traces, Pascal et Mathilde traversent la France, vont à Biarritz et zigzaguent afin d'échapper à leurs poursuivants. Des pérégrinations émaillées d'incidents. Pascal remonte à Paris, seul, et retrouve la mémoire en se coupant alors qu'il se rase. Dix ans auparavant, jeune flic sous la protection de Champion Joe et de Canale, alors haut fonctionnaire de la police, il a participé à une descente envers des grévistes dans les couloirs du métro. Un Noir, syndicaliste, Georges, a été brutalisé par Champion Joe. Il a voulu se rebiffer et Canale l'a énucléé avec un couvercle de boîte de conserve. Pascal a raccompagné Canale chez lui. Sa femme l'a obligé à forniquer avec elle devant l'homme se saoulant copieusement. Ce n'était pas la première fois, mais Canale enjoint Champion Joe de supprimer Pascal. Ce qu'il ne peut se résoudre à faire et Pascal part travailler à Biarritz pendant un certain temps avant d'avoir des ennuis et de tomber amnésique.

 

Ce n'est pas la première fois que l'amnésie est traitée dans un roman noir et toutefois Frédéric Castaing parvient à renouveler l'intrigue grâce à la personnalité de son narrateur lequel utilise un magnétophone comme outil de mémorisation, ou plutôt de remémorisation.

Ce monologue n'est pas linéaire et permet au lecteur de suivre le personnage dans sa quête d'identité, et d'aborder en même tant que lui le dénouement, avec cependant une longueur d'avance, puisqu'il se montre moins naïf étant en possession d'éléments qu'il peut assembler, pas comme le narrateur qui se redécouvre et tâtonne à la recherche de son passé.

Ce qui n'empêche pas Castaing de nous livrer quelques scènes pleine d'humour noir.

 

Frédéric CASTAING : - Ça va ? - Ça va. Série Noire N°2426. Parution juin 1996. 208 pages. 6,65€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Spécial Série Noire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables