Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 12:30

Allez en paix...

Emmanuel VARLE : Rédemption fatale.

Quel lien unit Hippolyte Goubier, ancien gauchiste demeurant à Deuil-la-Barre, et Jocelyn de Grahaume, curé de la paroisse Saint-Pierre de Neuilly ? Ils ont été assassinés tous les deux à pratiquement un mois d'intervalle, le premier le 9 juin, et le second le 6 juillet, par la même arme.

Mais ce n'est pas le seul rapport entre eux. Ils ont tous deux participé à une émission de témoignage grand spectacle à la télévision, l'un racontant ses années dans la branche ultragauche des NAPAP (Noyaux Armés Pour l'Autonomie Populaire) puis ses années de prison et son désengagement politique, l'autre ses missions comme aumônier et sa rencontre avec Goubier dans l'une des prisons où celui-ci était détenu. Deux objets religieux ont également été retrouvés près de l'endroit où ils sont morts. Et accessoirement 170 pages entre la découverte des deux corps.

Hippolyte Goubier, avait à la fin des années soixante-dix participé à une attaque contre Berlin-Rotier, le patron du CNPF, ancêtre du MEDEF, et l'homme depuis est tétraplégique, véhiculé dans son fauteuil roulant par son neveu Jerémy. Berlin-Rotier avait refusé l'invitation qui lui avait été faite de participer à l'émission afin de ne pas raviver des souvenirs douloureux. Mais il n'en veut pas à Goubier, acceptant ses excuses et son envie de rédemption.

Le groupe 4 du 36 Quai des Orfèvres, sous la houlette d'Olivier de Crassens, constitué du nouveau commandant Pecqueux, de Maryse, qui possède le grade de capitaine, des lieutenants Enzo et Stéphane et du brigadier-chef Corentin, est chargé de cette affaire. D'abord le meurtre d'Hippolyte Goubier qui a été retrouvé sous un saule, près du cimetière de Deuil-la-Barre. Une mise en scène macabre car apparemment l'homme était à genoux lorsque son assassin lui a tiré dessus, et près du cadavre un porte-cartes, qui s'avère être un objet pouvant appartenir à un policier, et une croix, celle que portait le défunt.

L'enquête se focalise à Deuil-la-Barre et ses environs, notamment sur un dénommé Donatien Tarembleau, qui fut à la fin des années soixante-dix un enfant star de la télévision, ayant interprété un gamin dans une série qui n'eut pas vraiment de succès pour des causes indépendantes de sa bonne volonté. Il allait souvent jouer chez Berlin-Rotier, quelque peu délaissé qu'il était par sa famille. Puis il avait grenouillé chez les malfrats, s'était retrouvé en prison où il avait côtoyé Goubier. Depuis il vit avec son RSA, son chat, et son copain Pascal aimerait qu'il participe avec lui à un braquage chez un numismate qui vit non loin. Mais Donatien refuse, et il fait bien car Pascal est abattu par le collectionneur.

L'enquête semble s'enliser lorsque le curé de Saint-Pierre de Neuilly est retrouvé à la Seine. Il manque à son costume de religieux une croix qui normalement devrait se trouver au revers. Elle sera découverte plus tard sur une berge.

 

Mais Donatien n'est pas le seul à être dans le collimateur d'Enzo et le groupe 4. D'autres personnages vont se trouver sous le feu des projecteurs des policiers, et ils sont issus d'univers aussi différent que varié. Un ancien policier, des brocanteurs, de jeunes garçons qui vendent leur corps, un numismate, des indicateurs, des SDF, en nombre car pour une raison qui m'échappe ce sont surtout les Gitans et les Roms qui sont en point de mire, des squatteurs et même des représentants de la noblesse. Tout un petit monde hétéroclite. Mais en décapant bien les couches d'honorabilité qui recouvrent certains des témoins, les policiers se rendent compte qu'ils ne sont pas si franc du collier que cela.

 

Au départ, mon avis était mitigé quant à ce roman. Pourquoi autant taper sur les mouvement de l'ultragauche, et oublier d'autres composantes politiques aussi, sinon plus, néfastes ? Et surtout cette propension à écrire que tous les SDF, tous les malfrats, voleurs et autres, sont des Gitans et des Roms habitent tous dans des bidonvilles ? Par là suite le propos est plus nuancé, heureusement, surtout qu'Enzo possède du sang Gitan par son grand-père.

Les nombreuses anecdotes, les petits potins, les épluchages de la vie privée des policiers (Si Enzo est un coureur invétéré de jupons, Stéphane, lui, s'intéresse à tout ce qui porte pantalon, tandis que Maryse est quelque peu confinée en religion), les retours en arrière concernant des faits-divers criminels le plus souvent réels, et bien d'autres divagations, font que ce roman traîne un peu en longueur, tout comme l'enquête d'ailleurs. Au grand dam d'Olivier de Crassens, qui ne manque pas de le signaler à Pecqueux, lequel invective ses collaborateurs. Le système de la chute d'eau en cascade.

Donc toutes ses digressions, ce délayage sont lassants à la longue, et d'ailleurs, à plusieurs reprises, des protagonistes du roman le déplorent, comme le commandant Pecqueux qui à un certain moment déclare un peu vertement :

Accélère sur sa vie, c'est pas un suspect.

Mais on se prête au jeu, car dans la réalité de la vie quotidienne, tout est composé de petits moments, de petits faits qui mit bout à bout forment une journée, puis une semaine, et ainsi de suite. Mais on a l'impression que les policiers du groupe 4, parfois aidés par des collègues détachés d'autres services, n'ont que cette enquête, la mort de Goubier puis du curé de l'église Saint-Pierre de Neuilly, à résoudre. Peut-être, ptêt comme disent quasiment tous les protagonistes, eut-il été préférable que le laps de temps entre les deux assassinats soit plus resserré afin de donner de la vivacité au récit.

A noter qu'Enzo est un passionné des aventures apocryphes de Tintin, des éditions pirates aux titres évocateurs dont celui-ci : L'étrange créature de la mare aux nénuphars de Moulinsart.

Emmanuel VARLE : Rédemption fatale. Collection Crimes et châtiments N°57. Editions Les Presses Littéraires. Parution 8 juin 2015. 452 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables