Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 12:53

Hommage à Victor Harter alias Gérard Buhr né le 8 mai 1928.

Victor HARTER : Un portrait

Sous ce pseudonyme se cachait Gérard Louis Victor Simon BUHR né le 8 mai 1928 à Strasbourg, d’un père Alsacien et d’une mère Lorraine. Il est décédé le 8 janvier 1988 à Paris.

Après une petite enfance passée en Alsace, il se réfugie avec sa famille à Grasse en 1940 et il y rencontre Gérard Philipe qui aura une influence décisive sur sa carrière. Ses études secondaires à peine terminées il part pour les Etats-Unis en 1945 et y séjourne jusqu’en 1948 entreprenant des études d’art dramatiques. Il revient en France, à Paris. Et accumule les petits rôles au théâtre. Il part pour Rome mais la poule aux d’or était déjà agonisante. Il n’y trouve des rôles de second plan dans deux films et retraverse les Alpes.

En France il fait la connaissance des pionniers de la nouvelle vague. Jean-Pierre Melville le guide dans cette esthétique cinématographique et lui offre le second rôle masculin dans Bob le Flambeur. « Résultat, soupire-t-il, quand la nouvelle vague sera à flot, acceptée, vénérée, idolâtrée même, elle me laissera sur le sable ». Ensuite il partage l’affiche avec Curd Jurgens dans Michel Strogoff en 1956. Sa carrière débute sous de bons auspices mais la super production Normandie-Niemen ne s’avère être qu’un succès mitigé. Gérard Buhr se cantonnera alors dans les seconds rôles pour des films comme Léon Morin prêtre avec Belmondo, Le cave se rebiffe, Le monocle noir avec Paul Meurisse, jusqu’à Dangereusement vôtre en 1985 en passant par Le Pacha, Le Clan des Siciliens, Le Chacal et bien d’autres. Il est également comédien et crée en 1954 La Condition humaine d’André Malraux, ou encore en 1966 Six hommes en question de Frédéric Dard et Robert Hossein. Il interprétera aussi pour la télévision des rôles dans la série des Cinq dernières minutes de Claude Loursais ou encore la saga de Chateauvallon.

Enfin il sera scénariste pour la télé, adaptant son roman Le Pèlerinage réédité pour l’occasion chez Casterman mais qui était la seconde mouture de Choucroute au sang paru au Fleuve Noir en 1970.

Son grand-père maternel se nommait Harter, prénommé Victor. C’est tout naturellement qu’il empruntera ce pseudonyme pour ses romans publiés au Fleuve Noir. C’est un ami de la famille, José-André Lacour dont j’aurai surement l’occasion de reparler, qui lui conseille d’écrire, pour voir… Et c’est ainsi qu’il entre au Fleuve Noir en 1965 et fournira seize romans jusqu’en 1975.

Victor HARTER : Un portrait

C’est principalement dans la collection L’Aventurier que seront édités ses titres, dans une série consacrée à Cyrille Turpin et à Patricia Mac Cud, un couple qui n’est pas sans rappeler celui créé par M.G. Braun : Sam et Sally. Le prénom de l’héroïne, Patricia, n’est pas choisi au hasard puisque c’est le prénom de la femme de Gérard Buhr/Victor Harter, elle-même comédienne. Cyrille Turpin et son énigmatique compagne Patricia forment un couple d’espions économiques. Engagés par un organisme ultra-officieux, ils sont chargés de missions de renseignements dans le cadre de la défense des intérêts commerciaux et économiques du Benelux.

 

« Ce succès auquel Victor Harter était bien loin de rêver le contraint, depuis la parution de ses trois premiers romans, à concilier ses deux métiers, ce qui n’est pas toujours des plus faciles. D’une part il faut apprendre des textes que l’on n’a pas écrit et, d’autre part, en écrire que l’on n’apprendra jamais ! Et les journées n’ont que vingt-quatre heures, soupire-t-il, en attendant philosophiquement que l’un de ces deux métiers prennent le pas sur l’autre. Mais Victor Harter qui connait ainsi la fortune des planches et de l’édition connait également le bonheur. Il connait le bonheur d’abord parce qu’il est l’époux de l’éblouissante Patricia Karim, elle aussi comédienne, interprète de Frédéric Dard, auteur du déjà fameux Monsieur Carnaval au châtelet, et célèbre confrère de son époux aux Editions Fleuve Noir. Il connait ensuite le bonheur avec la naissance de Frédéric et Delphine, son garçon et sa fille avec qui il aime à jouer, quand ses loisirs le lui permettent dans cette petite maison entourée d’un jardin familier à Saint-Leu-la-Forêt. C’est là sa distraction préférée, dans le cadre de la maison familiale, lorsque Patricia profite de son jour de relâche au théâtre pour lui mitonner un de ces nombreux petits plats dont elle a le secret. Accessoirement Victor Harter aime recevoir ses vrais amis et bavarder avec eux autour d’une bonne bouteille. Il n’apprécie ni le sport, ni les voitures de courses, ni les chiens que l’on dit amusant, seulement un bon fusil. Il adore le tir. »

 

Victor HARTER : Un portrait

Certains ont avancé que Victor Harter aurait écrit en collaboration avec Xavier Snoeck. Personnellement je n’y crois guère, jusqu’à preuve du contraire. Et s’il a été « aidé », je pencherais plus vers José-André Lacour, grand pourvoyeur de titres au Fleuve Noir sous divers pseudonymes.

Portrait réalisé à partir de sources diverses dont le bulletin Fleuve Noir information N°15 de mars 1966.

 

Collection L'Aventurier

108 - Turpin tire la contrepointe

109 - Turpin se paume dans les psaumes

112 - Turpin coxe la Mafia

115 - Turpin croque un diamant

117 - Turpin n'est pas un gentleman

136 - Le Dongo rend Turpin dingo

138 - Pas d'esquimau pour Turpin

140 - Turpin mange kasher

149 - Le Tour de Rhin de Turpin

155 - Turpin cliche Paris by night

163 - Turpin du tac au toc

 

Collection Feu

147 : Les bambous sont coupés

 

Collection Spécial Police

725 : Les Vieux loups bénissent la mort

798 : Choucroute au sang

852 : Un Valet se coupe à cœur

1211 : Un Homme légèrement assassiné

Victor HARTER : Un portrait

Casterman :

Le pèlerinage.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Entretiens-Portraits
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables