Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 10:49

Né le 16 mai 1925 au Mans, Claude Avice, dit Pierre Barbet, s’est éteint le 20 juillet 1995 à Paris.

Pierre BARBET : Un portrait.

Ses parents étant pharmaciens, c’est tout naturellement qu’il a embrassé la même carrière professionnelle. Après un passage chez les dames de Sion où il apprend à coudre, il étudie au lycée Montesquieu du Mans. Durant la seconde guerre mondiale il aide à l’évacuation des victimes des bombardements. Un épisode qui le marque profondément et l’encourage dans sa détermination à poursuivre ses études à la faculté de pharmacie de Paris. Il s’installe avec sa femme Marianne au Mans puis le couple émigre vers la capitale où ils tiennent une officine.

Mais Pierre Barbet continue ses études et prépare une thèse de doctorat à l’Institut Pasteur. Il se spécialise dans la biologie et dirige un laboratoire d’analyses médicales. Parallèlement il commence à écrire des nouvelles puis des romans de science fiction. Au départ il rédige entre 14h00 et 17h00, dans un petit bureau situé à l’arrière de l’officine tandis que sa femme Marianne sert la clientèle. Elle devient la première lectrice et joue le rôle de correctrice.

L’activité de Pierre Barbet découle d’un facteur en deux déclinaisons : pouvoir, lui qui a tant lu, se confronter à ceux qui lui ont fait passer de si bons moments. Jules Verne, le premier des auteurs qu’il a dévoré étant jeune, puis Francis Carsac, Paul d’Ivoi (pas assez à son goût car les rares ouvrages qu’il a pu trouver étaient hors de prix à l’époque), Barjavel, H.G. Wells, Poul Anderson, Van Vogt, Hamilton ou encore Arthur C. Clarke et John Brunner, autant d’auteurs dont il a dévoré la production, durant son adolescence ou après. Mais, conséquence d’une solide formation classique, il aime également les philosophes et tragédiens grecs, estimant qu’ils avaient tout dit.

Il n’apprécie guère les auteurs modernes ses préférences allant à Rabelais, Dante, Swift, Le Tasse, Flaubert ou Balzac. Seuls représentants du XXème siècle Camus et Aymé trouvent grâce à ses yeux. Un éclectisme qui se prolonge toutefois à la lecture de bandes dessinées parmi lesquelles on retrouve les personnages de Lucky Luke, d’Achille Talon et surtout du savant Cosinus dû à George Colomb dit Christophe, père génial du sapeur Camenber et de la Famille Fenouillard. Mais Pierre Barbet professe surtout un goût prononcé pour la lecture des contes et légendes et c’est cette influence que l’on retrouvera dans son œuvre, mélange d’héroïc-fantasy et d’uchronie, ou plus véritablement la revisite d’une fiction historique ancrée dans un futur plus ou moins proche.

Les passions de Pierre Barbet ne s’arrêtent pas à la lecture mais se prolongent dans son univers de scientifique avec l’astronomie et l’étude du cosmos. Il collectionne avec sa femme les fossiles et possède une armure qui trône en évidence chez lui, tel l’ange gardien d’un temple initiatique, celui du rêve scientifique, ou comme l’a appelé certains précurseurs de la science fiction, du merveilleux scientifique.

Pierre BARBET : Un portrait.

Ses premiers romans sont publiés en 1962 chez Gallimard dans la collection Le Rayon Fantastique alors dirigée par Olivier Spriel, alias Pilotin, et Georges Gallet. Il entre ensuite au Fleuve Noir et écrit environ quatre romans par an, tout en continuant à étudier et à se spécialiser dans la bionique. Il écrit également des articles dans des revues professionnelles, devient membre de la société française d’astronomie en 1965 et la même année est nommé secrétaire de la société des docteurs en pharmacie.

Il réalise des conférences scientifiques et organise, ou participe, à des conventions de science fiction. Notamment aux conventions mondiales de S.F de Los Angeles (1972), de Toronto (1973) ou de Brighton (1981), européennes de Grenoble (1974), de Poznan (1976), de Bruxelles (1978) de Münchengladbach (1982) aux conférences mondiales des écrivains de S.F. de Dublin (1976), De Stresa (1980) ou de Rotterdam (1981). Une reconnaissance de son talent d’écrivain par ses pairs mais également par les éditeurs étrangers. Il est l’un des rares auteurs français à avoir été traduit aux Etats-Unis. Mais il est également publié en Hongrie, au Brésil, au Portugal, en Italie, en Allemagne, en Espagne, en Pologne et en URSS. Son appartenance à la World SF lui permet de réunir écrivains de l’Ouest et de l’Est. Il est d’ailleurs Directeur Outremer de l’association des Ecrivains de SF américains son rôle consistant à défendre les intérêts des membres de la S.F.W.A. à l’étranger.

En 1976 il rédige le questionnaire “ Science ” de l’émission Quitte ou Double de Radio Monte Carlo. Son contrat stipulant qu’il ne peut utiliser le nom de Pierre Barbet que pour des ouvrages destinés au Fleuve Noir, il signe quelques romans sous les pseudonymes de David Maine (en hommage à sa province natale) chez Albin Michel, ou Olivier Sprigel (en mémoire d’Olivier Spriel) au Masque. Certains critiques considérèrent à l’époque qu’Olivier Sprigel était un jeune auteur prometteur, alors que Pierre Barbet n’était pas toujours reconnu à sa juste valeur par ses mêmes personnes qui dénigraient les auteurs français, notamment ceux du Fleuve Noir.

Pierre BARBET : Un portrait.

Les contacts que Pierre Barbet entretient avec ses confrères étrangers se révèlent fructueux et amicaux. Il est à l’origine de la collection Les Best-sellers de la Science Fiction, qu’il dirige avec Patrick Siry, étant responsable des auteurs de l’Est et proposant au public des noms nouveaux tel que Adam Fialkowsky. Comme bon nombre de ses confrères Pierre Barbet va subir les incohérences éditoriales. Le directeur de collection de l’époque privilégie non seulement une ligne jugée plus intellectuelle mais en même temps refuse les séries avec héros récurrents. Hors précisément ce que demande le lecteur c’est de pouvoir suivre les aventures d’un héros dont il partage les avatars.

Ainsi c’est l’époque où Perry Rhodan revient en force, où J.-P. Garen, Piet Legay et surtout G.-J. Arnaud avec sa Compagnie des Glaces envoûtent le public même si certains chroniqueurs n’apprécient pas les romans de Garen. Malgré le succès des traductions à l’étranger qui confirme le talent de Pierre Barbet deux manuscrits seront refusés. Heureusement ils ne sont pas perdus et Jacques Van Herp peut les publier chez Lefrancq, maison d’édition belge qui prend la relève des éditions populaires et propose inédits et rééditions de qualités.

Pierre Barbet décède en 1995 des suites d’une longue maladie. Il aura toutefois marqué les années 60 à 90 par une production originale. (source : entretiens avec Marianne Avice).

 

Pierre BARBET : Un portrait.

 

ANTICIPATION :

285 - Les Limiers de l'infini

292 - Les Cavernicoles de Wolf

309 - L'Etoile du néant

319 - Le Secret des Quasars

330 - Hallali cosmique

345 - La Planète des Cristophons

350 - Evolution magnétique

371 - Vikings de l'espace

383 - Les Chimères de Séginus

392 - L'Exilé du temps

404 - Etoiles en perdition

413 - Les Maîtres des pulsars

426 - Les Grognards d'Eridan

435 - L'Agonie de la voie lactée

446 - Les Conquistadores d'Andromède

463 - Le Transmetteur de Ganymède

471 - Azraêc de Virgo

479 - A quoi songent les Psyborgs?

494 - L'Empire du Baphomet

508 - Les Insurgés de Laucor

523 - La Planète empoisonnée

532 - Tremplins d'étoiles

544 - La Planète enchantée

563 - Liane de Noldaz

572 - Les Bioniques d'Atria

582 - Le Bâtard d'Orion

598 - L'Univers des Géons

609 - Magiciens galactiques

622 - Les Mercenaires de Rychna

638 - Croisade stellaire

673 - La Nymphe de l'espace

716 - Patrouilleur du néant

756 - Ambassade galactique

835 - Commandos sur commande

871 - Odyssée galactique

932 - Trafic stellaire

951 - Oasis de l'espace

994 - Périple galactique

1027 - Le Maréchal rebelle

1071 - Cités des astéroïdes

1099 - Les Psychos de Logir

1131 - Cités interstellaires

1152 - Survivants de l'apocalypse

1169 - L'Empereur d'Eridan

1199 - Les Charognards de S'nien

1254 - Rome doit être détruite

1284 - Les Colons d'Eridan

1298 - Carthage sera détruite

1347 - Eldorado stellaire

1371 - Cités biotiques

1384 - Téléclones

1401 - Putsch galactique

1440 - Glaciation nucléaire

1483 - La Croisade des assassins

1505 - Temps changeants

1518 - Défense spatiale

1547 - Captifs de Corvus

1560 - Un Reich de 1000 ans

1586 - Objectif: Mars 2005

1620 - Option zéro

1755 - Soleil de mort

1850 - L'Ere du spatiopithèque

 

Maîtres de la Science - Fiction

8 - Les grognards d’Eridan. Rééd. de Ant. N° 426.

22 - Les cavernicoles de Wolf. Rééd. de Ant. N° 292.

 

Super Luxe - Lendemains retrouvés

135 - A quoi songent les Psyborgs ? Rééd. de Ant. N° 479.

 

Autres publications sous le nom de Pierre Barbet :

Vers un avenir perdu, coll. Le Rayon Fantastique N° 98, Hachette/Gallimard ; Babel 3805, coll. Le Rayon Fantastique N° 105, Hachette/Gallimard.

 

Sous le nom de David Maine - Les disparus du club Chronos, Coll. S.F. N°9 Albin Michel ; Guerillero galactique, Coll. Super fiction N°17, Albin Michel; Renaissance planétaire, Coll. Super fiction N°47, Albin Michel ; Invasion cosmique, Coll. Super fiction N°53, Albin Michel.

 

Sous celui d’Olivier Sprigel - Crépuscule du futur, Le Masque SF N°34 ; Vénusine, Le Masque SF N°61 ; Lendemains incertains, Le Masque SF N°6.

Pierre BARBET : Un portrait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Entretiens-Portraits
commenter cet article

commentaires

Boris 16/05/2015 22:42

Mince alors, en bas de ton article, une pub pour les mines de sel de Selwieczka. Dans 15 jours ou à peu près nous y serons. Troublant !

Oncle Paul 17/05/2015 20:32

Bin, j'ai pas vu la pub ! Peut-être parce que je ne me déplace plus...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables