Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 09:33

La Haine de la Hyène ou La mort sûre de la Hyène...

Gilles VINCENT : Hyenae.

Il a beau nier, Bertaux est fait comme un rat. La commissaire Aïcha Sadia et ses hommes, dont Théo Mathias le légiste qui la suit partout, effectuent une descente, enfin une montée puisqu'il habite au sixième étage, dès potron-minet chez lui et le réveillent sans douceur. Ils lui font visionner sur un ordinateur une vidéo montrant un homme cagoulé s'acharnant sur une gamine à coups de batte de base-ball.

La gamine n'est pas une inconnue. Il s'agit de Camille Carlotti, disparue le 7 septembre 2003, soit quatre ans auparavant, quasiment jour pour jour. Alors Bertaux se retranche derrière une histoire de série de cambriolages qu'il aurait perpétré dans la même rue peu de temps auparavant, qu'il aurait récupéré puis vendu le DVD à un homme, dont il donne une vague description, par l'intermédiaire d'un ami. Un individu en possession de cet objet a été arrêté à Roissy, alors qu'il s'apprêtait à embarquer.

Seulement, afin d'échapper aux poursuites, Bertaux préfère passer par la fenêtre des toilettes, et la réception dans la cour n'étant pas amortie, il ne reste plus aux policiers qu'un cadavre sur les bras. Ce qui ne fait pas leurs affaires, les habitants du quartier Nord, et notamment les jeunes à capuches commençant à gronder contre des bavures policières. Heureusement le capitaine Draux, un gars du Nord fraîchement muté, arrive à la rescousse rapidement.

Au même moment, à Maussanes-les-Alpilles, à quelques quatre-vingts kilomètres de Marseille, Sébastien Touraine se réveille avec toujours ce goût amer de bile dans la bouche. Un grand café noir accompagné d'une cigarette puis il sort, laissant son regard s'échapper au delà des collines et ses poumons expectorer ses glaires. Comme tous les jours il a mal dormi, passant des nuits blanches à ressasser une affaire vieille de quatre ans. Il était détective privé, il s'est recyclé comme bouquiniste en livres anciens. Une profession fort honorable.

Quatre ans auparavant, alors qu'il vivait une histoire d'amour avec Aïcha Sadia, il avait été amené à enquêter sur la disparition de la jeune Camille. Il s'était rendu dans le Nord, afin d'enquêter également sur une autre disparition de gamine. En rentrant en voiture, il avait appris la mort de sa fille Hélène, issue d'un premier mariage, dans un accident de voiture. Et en rentrant chez lui il avait eu la désagréable surprise de trouver sur le palier un jerrican d'essence.

En réalité il y avait eu trois disparitions de gamines à la même époque. Et en ce jour où Aïcha Sadia et ses hommes arraisonnent Bertaux, les parents de Julie, qui habitent à Orchies dans le Nord, reçoivent un courrier ne comportant que quelques mots : 100 000 euros contre une preuve de vie. Ils n'ont pas oublié leur fille depuis quatre ans dont ils n'avaient reçu aucune nouvelle depuis. Une disparition n'est pas un deuil.

Aïcha Sadia décide d'appeler Sébastien Touraine. Elle a besoin de lui, de le revoir, de parler, d'enquêter ensemble sur ces affaires douloureuses qui d'un seul coup ressurgissent sans crier gare. Camille est probablement morte, mais les autres ? Et ils possèdent aujourd'hui un indice, maigre il est vrai, mais ils ne doivent rien négliger et tenter de sauver les deux autres gamines avant qu'il soit trop tard.

Sébastien Touraine se rend vite compte qu'à travers ces disparitions, c'est lui qui est en cause. Il est la proie d'un terrible chasseur surnommé la Hyène à cause des empreintes qu'il laisse sur les cadavres. La Hyène qui ne le lâchera pas des dents jusqu'à ce qu'elle assouvisse une vengeance. Seulement qu'a pu faire Sébastien Touraine quatre ans auparavant , ou plus, pour engendre une telle haine, une telle violence ?

 

Lorsque j'avais lu J'étais Dora Suarez de Robin Cook, auteur que j'ai rencontré à diverses reprises, je m'étais demandé dans quel état psychique un auteur pouvait, à la fin de l'écriture d'un tel roman âpre, violent, avec tortures à l'appui, se retrouver et redevenir un homme calme, affable, joyeux même parfois. Avec Hyenae, je me suis posé la même question et j'espère que Gilles Vincent n'en ressent pas les affres. Apparemment non, puisque par la suite il a écrit des ouvrages moins durs, un peu, tout en étant aussi réalistes.

Torture, violence parsèment cet ouvrage dont des gamines ne sont pas les seules victimes. Une enquête qui dure une semaine à la recherche d'un personnage implacable, qui se joue de la police, qui la nargue, et dont Sébastien Touraine est la principale proie. Pas physiquement mais dans sa chair, celle de père, et dans son mental. Car non seulement il pense à Hélène, probablement victime d'un accident provoqué, mais à son autre fille, née d'un second mariage qui pourrait elle aussi devenir la cible de la Hyène.

La tension monte progressivement, entretenue par des événements qui se catapultent et le final atteint un paroxysme insoutenable. Dans la description des faits mais également dans l'esprit du lecteur qui se demande avec angoisse comment tout cela va finir.

Un roman âpre, dur, rude, comme il nous en est proposé de nombreux en ce moment, loin des romans dans lesquels des enquêtrices bon chic bon genre résolvent des problèmes tout en dégustant des scones accompagnés d'une tasse de thé. C'est la vie et la mort qui frappent le lecteur en pleine mâchoire, le laissant groggy. Le coin de ciel bleu dans cette grisaille romanesque impitoyable, ce sont les retrouvailles de Touraine et Sadia, et ça, ce n'est pas négligeable. Un peu de fraîcheur dans un monde de brutes.

Ce roman est la version réécrite et complétée par l'auteur d'un ouvrage paru en mai 2009 sous le titre de Sad Sunday aux éditions Timée. Il s'agit du premier opus mettant en scène Aïcha Sadia et Sébastien Touraine dont nous pouvons suivre les aventures dans Parjures puis dans Beso de la muerte.

Hyenae a été chroniqué par de nombreux blogueurs dont Pierre F. sur Black Novel1

Gilles VINCENT : Hyenae. Collection Polar Jigal. Editions Jigal. Parution 15 février 2015. 216 pages. 18,50€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 07/05/2015 14:38

Salut Paul
Insoutenable ce bouquin et impossible à lâcher... Quel terrible voyage avec Sébastien Touraine et Aïcha.
Amicalement,

Oncle Paul 07/05/2015 14:54

Bonjour Yv
C'est vrai, insoutenable mais dont on veut absolument connaître l'épilogue. Mais il éclaire également les romans qui ont été édités (ou réédités) chez Jigal, ce qui était un manque.
Amicalement

La Petite Souris 05/05/2015 21:38

Eh les copains, mollo !!! vous approchez pas trop d'Aïcha !!! Vous le savez, je suis amoureux d'elle depuis deux trois bouquins et je pourrai me montrer fort jaloux !!! :) Bon blague à part, j'ai hâte de lire celui ci, d'autant qu'il parait être sacrément bon !! dommage qu'il n'ait pas eu le prix qu'il aurait sans doute amplement mérité ! AMitiés

Oncle Paul 06/05/2015 13:59

Bonjour Bruno
Mais ne n'est qu'un amour platonique...
Oui, ce roman aurait sans doute mérité un prix, mais il a été initialement édité dans une maison d'édition relativement confidentielle et qui n'existe plus aujourd'hui...
Amitiés

Alex-Mot-à-Mots 05/05/2015 11:41

Une déception pour ma part. Mon billet dans quelques jours.

Oncle Paul 05/05/2015 11:57

Alors j'attends avec impatience ton avis !

Pierre FAVEROLLE 05/05/2015 06:34

Salut Paul, un livre coup de poing dont on ne sort pas indemne, et qui fait d'autant plus mal que l'on est pris dedans dès les premières lignes. Merci pour le lien. Amitiés

Oncle Paul 05/05/2015 14:03

Bonjour Pierre
Merci ? Mais de rien... Oui un roman dur et âpre qui s'inscrit dans de nombreux faits-divers dont on aimerait qu'ils restent marginaux
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables