Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 12:25

Si t'es gai, ris donc !

Roger FACON : La Templière.

Sauf que depuis qu'il a acquis un authentique guéridon Napoléon III, Rufus Fogier ne rit guère plus. Il n'en a guère le cœur.

Pourtant le meuble était presque donné, trois bouchées et demi de pain, et, en pratiquant une légère restauration, il va pourvoir revendre trente fois plus cher.

Un de ses amis, ancien brocanteur, lui fournit la provenance de ce meuble. Il appartenait au baron Morel, à Monchecourt, un vieux noble assassiné en décembre 2005. Rufus se rend au village pour se rendre compte que La Citadelle médiévale du baron a été démolie pour laisser place à trois maisons neuves. Le village natal de Rufus. Bizarrement, lorsqu'il rentre chez lui, Sinistror son chat borgne et claudiquant ne marque pas son territoire en urinant deux ou trois gouttes au pied du meuble. Bizarre vous dis-je !

Dans la nuit Rufus fait un rêve étrange, un cauchemar presque. Le baron Morel est là, qui l'interpelle, l'informant qu'il est dans un sous-plan de l'astral, et qu'il ne lui arrivera rien. Il désire lui présenter l'inspecteur Voitou et Maxime Tendremont, journaliste au Fanal de Rouen. Voitou, le policier lévite ou coince ses pieds sous la cathèdre sise près de Rufus et se met à parler, le visage difforme. Il déclare avoir résolu le prétendu suicide de la Bovary. Son enquête recoupe les découvertes de Maxime Tendremont ainsi que celles de Gustave Flaubert. Il a recueilli le témoignage de Justin, élève en pharmacie, arrière-cousin de Homais à qui il servait de domestique. Le pharmacien Homais, qui appartient à une Loge noire, l'avait chargé de porter des pâtisseries à la Bovavy lui faisant croire que ces douceurs provenaient de son ex-amant Rodolphe.

Réveil brutal de Rufus Fogier qui décide d'en apprendre un peu plus sur l'assassinat du Baron Morel auprès d'un de ses clients adjudant de gendarmerie à Arleux, lequel le renvoie auprès de l'ancien jardinier du défunt aristocrate. La cueillette est bonne puisque l'homme lui parle de Morel qui avait quitté Rouen, où il dirigeait le Fanal, et était propriétaire de plusieurs entreprises avant de rejoindre le Nord en 1981, immensément riche. Il lui remet également un exemplaire de Madame Bovary de Flaubert. Rufus entame le roman le soir même, les premiers chapitres lui paraissant ardus.

Il narre cette aventure à Muriel, son amie Muriel nettement plus jeune que lui, qu'il connait depuis quelques semaines, avec qui il couche épisodiquement. Ils aiment se retrouver mais ne vivent pas ensemble. Muriel lui propose de vérifier, sûre d'obtenir des renseignements grâce à sa sœur habitant Rouen. Le Fanal de Rouen a existé jusqu'en 1997, et les informations arrivent : Maxime de Tendremont a disparu dans la nuit du 12 au 13 mars 1857 de son appartement rouennais, alors que le matin même il aurait été aperçu arpentant les ruines du château de Tiffauges, et Benjamin Morel, l'ancêtre du baron, était déjà propriétaire du Fanal et avait pour complice et condisciple Flaubert. Ils se sont connus en 1834.

Muriel présente à Rufus à Nathalie, une amie d'enfance qui est médium. Des séances de spiritisme sont organisées, et Rufus se trouve plongé en plein XIXe siècle. Seulement quelques jours plus tard Muriel et Nathalie sont retrouvées assassinées, sauvagement mutilées, dans une habitation abandonnée. Le meurtrier les a éviscérées, puis emmaillotées comme des momies. Le commandant Roussel, en charge de l'affaire, lui apprend que Muriel n'était pas celle que pensait connaître Rufus. Elle menait une double vie.

Commence alors pour Rufus un long chemin de croix qui l'emmène jusqu'à son enfance, car ses parents, tout comme le commandant Roussel, étaient des Rosicruciens. Mais pas que. Ses parents étaient classés vampires ou dhampires par le Pieu, une structure officieuse spécialisée dans la lutte contre les Saigneurs de la nuit.

 

Ce roman ressemble à deux puzzles dont les pièces auraient été mélangées avec diablerie. Mais en les assemblant, peu à peu on s'aperçoit qu'en réalité il ne s'agit que d'un seul tableau, le premier enchâssant un autre.

Le lecteur navigue entre hier et aujourd'hui, les événement s'étant déroulés à différentes dates dans le milieu du XIXe siècle, avec pour protagonistes personnages réels et fictifs, rejaillissant de nos jours. Avec pour lien une mystérieuse femme, la Templière.

Comme pense Rufus Fogier lorsque son interlocuteur lui pose une question concernant sa passion commune avec Muriel pour l'ésotérisme : J'ai le choix entre la ligne droite et la ligne brisée. Je choisis la ligne brisée. Tel est le principe même de la narration de cette histoire.

Les amateurs d'ésotérisme, un thème que je maîtrise mal, se trouveront comblés à la lecture de ce roman atypique qui parfois m'a déboussolé à cause des nombreux allers et retours dans le temps.

Avec cette histoire complexe, sur fond de Rose-croix, de templiers, Roger Facon revient à ses premières amours et qui furent le thème de ses premiers ouvrages dont les titres sont :

Quand l'Atlantide resurgira (A.Lefeuvre - 1979)

La Flandre Insolite. Le Plat Pays des Magiciens Robert Laffont - 1981)

Les Meurtres de l'occulte (A.Lefeuvre - 1981)

Châteaux-forts magiques de France (Robert Laffont - 1982)

Vercingétorix et les Mystères Gaulois (Robert Laffont - 1983).

avant de se tourner d'abord vers la science-fiction, le fantastique puis le roman noir.

Roger FACON : La Templière. Collection Noire N°72. Editions Rivière Blanche. Parution février 2015. 272 pages. 20,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 26/08/2015 20:31

Bonsoir Paul
Je voulais le commander en septembre , du coup je suis plus certain .....
Bonne soirée , amitiés ...

Oncle Paul 26/08/2015 20:35

Mais tous les goûts sont dans la nature mon cher Patrick... Les miens ne sont pas forcément les tiens, et vice versa... Quoi que...
Amicalement

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables