Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:15

Il faut savoir s'arrêter, et surtout où !

Jean AMILA : Terminus Iéna.

Le cadavre repêché au pont d'Austerlitz n'est pas celui de Charles Evariste Stern. Sa femme en est persuadée. D'ailleurs ce n'est pas d'un cadavre qu'elle veut, mais son mari disparu depuis trois mois.

L'appartement Stern est soufflé par une explosion qui ne peut être imputée à Stern puisque celui-ci tourne un film à grand spectacle retraçant l'épopée napoléonienne dans la plaine champenoise et adaptée du roman de Balzac, Une ténébreuse affaire. Geronimo se rend sur place et glane quelques renseignements auprès de Giberne, le réalisateur, et de Keth, préposée à la régie. Léonard, l'ex amant de la belle s'arrange pour prendre la place de Fernand le régisseur. Autour de tout ce petit monde cinématographique gravitent des Allemands de l'Est, venus superviser le bon déroulement du film pour le compte des coproducteurs et ainsi favoriser une ouverture vers l'Est.

Geronimo, et il n'est pas le seul, pense que ce sont tout simplement des agents des Services secrets. Selon Keth, Stern ne serait pas Stern, mais une sorte de sosie. D'après des dossiers de la P.J. il ressort que Stern, une dizaine d'années auparavant, aurait été confronté à ce même phénomène de substitution d'identité. Une demoiselle Legallec, institutrice, aurait aimé Malavoine, un spécialiste des bombes, disparu de la circulation depuis un bon bout de temps. Or elle aurait pris Stern pour Malavoine lors d'un voyage à Alicante. Elle assiste avec Geronimo à un cocktail au cours duquel elle doit donner son impression sur Stern. L'acteur la remarque. Le soir même elle est victime d'un accident de la circulation.

En compagnie de Léonard, Geronimo surprend Fräulein Schickemühle dans le bureau parisien de la régie. Léonard l'accuse d'avoir photographié des documents mais ils la laissent repartir avec son appareil. Le juge d'instruction et le commissaire Verdier, patron de Geronimo, ne suivent pas l'officier de police dans ses suppositions concernant la double identité Stern-Malavoine et lui demandent d'étayer ses soupçons. Les séances du film exigeant un déplacement sur les lieux de la bataille d'Iéna, tout le monde embarque dans un autobus affrété pour la circonstance, seulement la petite troupe est arrêtée à la frontière entre les deux Allemagne. Un bus identique au leur les a précédé et les douaniers les refoulent à cause de leurs faux passeports. Une substitution que Geronimo impute à la Fräulein photographe et ses complices.

Stern rejoint Iéna en calèche en compagnie de la vedette féminine du film. Des incidents émaillent son parcours. Ce n'est plus un Napoléon qu'ils croisent, mais trois. Geronimo tente de l'arrêter afin de lui demander à quoi peut correspondre un antibrouillard installé sur le bus et contenant une mini-bombe. Stern s'enfuit avec la moto du flic et le phare incriminé. Une fuite qui se termine en fumée. La C.I.A. serait également sur place à surveiller ou empêcher ce rapprochement franco-allemand.

 

Terminus Iéna s'inscrit dans les démons et les dénonciations d'Amila. On y retrouve les Services Secrets, les fameux Foderch, la présence des Allemands et l'envie de rapprochement, son esprit caustique et sa haine de la dictature dont Napoléon est l'un des représentants. Les amours de Mad et de Géronimo pimentent ce roman à part et dans lequel les participants, vedettes ou figurants, oscillent entre rêve et réalité, échappant parfois à l'auteur, recommençant la bataille de Iéna, sur le terrain même où celle-ci s'est déroulée.

On ne saurait trop conseiller de lire ou de relire l'article de Jean-Paul Schweig. consacré à Jean Amila et son œuvre dans L'Almanach du crime 1982 de Michel Lebrun.

 

Jean AMILA : Terminus Iéna.

- Un policier aux cheveux tombant sur les épaules, aux fréquentations douteuses, aux opinions certainement gauchisantes... Quel crédit pouvons-nous accorder à ses divagations, je vous le demande ?
- Le crédit qu'il faut accorder à la vérité.

 

Jean AMILA : Terminus Iéna. Série Noire N° 1559. Parution Février 1973. 256 pages. Réédition Carré Noir N° 571. Aout 1986.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 10/04/2015 11:12

Bonjour Paul, je ne l'ai jamais lu, je sais c'est mal, je dois absolument réparer cette erreur...
Amicalement,

Oncle Paul 10/04/2015 11:34

Mais non Yv, ce n'est pas mal, puisque tu promets de te pencher dessus un jour... Un oubli pardonnable
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables