Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 13:03

Un peu plus que les sept femmes de Barbe-Bleue...

Arthur Conan DOYLE : Les neuf femmes de Sherlock Holmes.

Le personnage de Sherlock Holmes fait partie du patrimoine littéraire mondial à l'instar d'Arsène Lupin, Hercule Poirot et autres figures légendaires. Et tout le monde le connait, ou croit le connaître.

Souvent il s'est imposé naturellement dans nos lectures, généralement lors de notre adolescence. Depuis les années ont passé et il ne reste dans nos esprits que de vagues souvenirs, telles ces amourettes juvéniles auxquelles on repense parfois avec une pointe de nostalgie. Un souvenir ému qui a tendance à s'estomper et qu'il est bon de réveiller parfois.

Ainsi à la lecture de recueil axé sur les femmes de Sherlock Holmes, j'ai découvert un personnage attachant, ce qui m'avait échappé lors de mes lectures adolescentes. Il n'est plus un détective froid et arrogant tel que j'en avais le souvenir, mais un être qui peut s'émouvoir ou compatir aux malheurs de ses concitoyens. En réalité, on se rend compte qu'il est humain sous une carapace.

 

Dans la première des enquêtes figurant dans ce recueil, Un scandale en Bohême, Sherlock Holmes va rencontrer La Femme, Irène Adler et il pensera souvent à elle au cours de ses enquêtes ultérieures.

Malgré son masque, le visiteur qui rend visite au détective en ce 20 mars 1888, est étonné que Holmes l'appelle Votre Majesté. Il pensait avoir gardé l'incognito, mais on ne trompe pas ainsi l'ami du docteur Watson, qui incidemment est à Baker Street des visites à des malades l'ayant amené dans le quartier. Le visiteur n'est autre que le grand-duc de Cassel-Feslstein et roi héréditaire de Bohême. Cinq ans auparavant il a fait la connaissance d'Irène Adler, réputée comme aventurière, d'ailleurs dans ses fiches Sherlock Holmes possède un article sur la jeune femme. Le problème pour le grand-duc qui désire se marier, réside en quelques lettres et une photographie que possède Irène. Photo qui les représente tous les deux et il veut récupérer le tout. Sherlock Holmes va donc imaginer un stratagème lui permettant de s'approprier les pièces compromettantes au domicile d'Irène Adler, et le procédé réussit plus ou moins bien. Car Irène Adler savait que le grand-duc allait embaucher Sherlock Holmes. Mais ce qu'il ignorait, c'est que ces preuves d'intimité n'avaient pas forcément grand valeur, car Irène Adler est partie d'Angleterre avec son époux, un mariage tout frais. Toutefois Sherlock Holmes a été subjugué par cette femme et il y pense encore souvent.

 

Dans les huit autres affaires évoquées, Sherlock Holmes va devoir enquêter soit directement pour le compte d'une femme, afin de prouver par exemple son intégrité ou pour le compte d'un homme qui sait que sa fiancée, là encore par exemple est dans de mauvais draps et qu'il faut absolument la sauver.

 

Dans La Cycliste solitaire, Watson livre quelques traits de caractère de son ami et mentor.

De 1894 à 1901 inclus, M. Sherlock Holmes fut un homme très occupé. On peut avancer sans risque qu'il n'y a pas eu une seule affaire publique de quelque difficulté sur laquelle il n'ait été consulté ces huit années durant, et il y eu des centaines d'affaires particulières, dont certaines aux caractéristiques embrouillées et extraordinaires au plus haut point, dans lesquelles il joua un rôle prépondérant. De nombreux et retentissants succès ainsi que de rares et inévitables échecs constituent le bilan de cette longue période de travail ininterrompu.

Ainsi débute la narration de cette affaire dont le prologue est révélateur : Sherlock Holmes n'était pas infaillible. Mais continuons quelques lignes plus loin :

Mon ami, qui aimait par-dessus tout la précision et la concentration mentale, ne supportait pas que quelque chose le distraie du problème en cours. Et pourtant, sans un manque de cœur qui était étranger à sa nature, il était impossible de refuser d'écouter l'histoire de cette grande et belle jeune femme, gracieuse et altière, qui se présenta tard dans la soirée à Baker Street et implora son assistance et ses conseil.

Sherlock Holmes ressent une sympathie, une empathie, une compassion envers cette jeune femme, mais également pour d'autres dont il sera amené à faire la connaissance à travers certaines des enquêtes décrites dans ce recueil, et l'attrait de l'aventure et la curiosité qui l'animent l'obligent presque à accepter de les aider malgré les affaires pressantes et compliquées qui requièrent toute son énergie et ses facultés.

Il déléguera le début de l'enquête à Watson, qui pense bien faire mais rapidement le détective le remettra dans les rails et reprendra l'affaire en duo avec son ami et confident.

 

Dans Charles Augusta Milverton, Sherlock Holmes va jusqu'à conter fleurette à une employée de maison, et c'est en riant de bon cœur qu'il annonce à Watson qu'il est sur le point de se marier, qu'il est fiancé. Naturellement n'ira pas plus loin et Sherlock Holmes restera célibataire, mais on peut se rendre compte qu'il n'hésite pas parfois à batifoler pur faire avancer une enquête.

 

Autre point de caractère qui ne transparait pas toujours au cours de la relation de ses enquêtes, c'est celui de ne pas livrer un coupable à la police pour des raisons d'équité et d'humanité. Ainsi dans Le Manoir de l'Abbaye, il déclare :

Une fois ou deux dans ma carrière j'ai senti que j'avais fait plus de mal en découvrant le criminel qui lui n'en avait causé par son crime. J'ai désormais appris la prudence, et je préfère jouer un tour au droit anglais plutôt qu'à ma propre conscience.

 

Mais au fait combien de temps dura sa carrière ? Watson nous le précise dans La pensionnaire voilée :

Si l'on considère que M. Sherlock Holmes a exercé son activité pendant vingt-trois ans, et que durant dix-sept de ces années j'ai pu travailler avec lui et tenir des notes sur ses activités, on comprendra que j'ai à ma disposition une masse de matériau.

Des affaires qui sont simplement évoquées au détour des pages et que d'autres romanciers se chargeront de narrer tel René Reouven, mais ceci est une autre histoire justement.

 

L'on pourra juste regretter un appareil critique à ce volume, ne serait-ce que les titres anglais de ces nouvelles et leur date de première parution. Car il est annoncé que ces nouvelles sont extraites des trois volumes des Aventures de Sherlock Holmes, édition bilingue illustrée (pas de date ni de référence d'éditeur), or ces nouvelles ont été empruntées aux Aventures de Sherlock Holmes, aux Mémoires de Sherlock Holmes, au Retour de Sherlock Holmes, à Son dernier coup d'archet, ou encore aux Archives de Sherlock Holmes. Ce qui permet de mieux comprendre une anomalie financière : alors que la plupart du temps, ces jeunes femmes perçoivent soit une rémunération pour leur travail, soit une rente, et une centaine de livres par an leur suffit, alors que dans une nouvelle au moins, mille livres sont tout juste suffisantes pour survivre.

Afin de réparer cette lacune, voici donc les titres de ces nouvelles, dans une traduction d'Eric Wittersheim, avec leur titre en version originale, leur date de parution, et le recueil dans lequel elles figurent.

 

Un scandale en Bohême : A scandal in Bohemia - 1891. Les Aventures de Sherlock Holmes.

 

Une affaire d'identité : A case of identity - 1891. Les Aventures de Sherlock Holmes.

 

La bande tachetée : The Adventure of the Speckled Band - 1892. Les Aventures de Sherlock Holmes. Plus connue sous le titre Le Ruban moucheté.

 

La cycliste solitaire : The Adventure of the Solitary Cyclist. 1904. Le Retour de Sherlock Holmes.

 

Charles Augustus Milverton : The Adventure of Charles Augustus Milverton. 1904. Le Retour de Sherlock Holmes.

 

 

Le Manoir de l'Abbaye : The Adventure of the Abbey Grange. 1904. Le Retour de Sherlock Holmes.

 

La disparition de Lady Frances Carfax : The Disappearance of Lady Frances Carfax. 1911. Son Dernier coup d'archet.

 

La pensionnaire voilée : The Adventure of the Veiled Lodger. 1927. Les Archives de Sherlock Holmes.

 

La boîte en carton : The Adventure of the Cardboard Box. 1893. Les Mémoires de Sherlock Holmes.

 

 

Arthur Conan DOYLE : Les neuf femmes de Sherlock Holmes. Collection Bibliomnibus Polar. Editions Omnibus. Parution le 2 avril 2015. 204 pages. 10,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 19/04/2015 17:26

Un titre accrocheur, pour qui connait Sherlock.

Oncle Paul 19/04/2015 17:56

Ou croit connaître Alex, car il ne se montre pas si misogyne qu'on le prétend.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables