Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 14:03

Et en plein jour, c'est pas grave... ?

Maurice GOUIRAN : Une nuit trop douce pour mourir.

Le propre d'un romancier, c'est de toujours étonner, surprendre, prendre son lecteur fidèle à contre-pied, et de l'entraîner vers des rivages auxquels il ne s'attendait pas aborder.

Cette fois Maurice Gouiran nous entraîne dans une histoire où Jack l'Eventreur a son mot à dire, ou plutôt son couteau pour s'exprimer.

En ce mois du mois d'août, Clovis est tout guilleret. Son copain Raf, possesseur d'un mourre de pouar (un petit bateau de pêche pour les non connaisseurs comme moi) lui a proposé pour son dernier jour de vacances de l'emmener aux îles du Frioul en compagnie de deux jeunettes, des stagiaires à l'Evêché de Marseille. Des policières, je précise, l'Evêché correspondant au 36 quai des Orfèvres parisien. Et les deux stagiaires sont sous la coupe du commissaire Arnal, un gars pas facile et misogyne. Un agréable après-midi passé en compagnie de Samantha, qui lui démontre qu'elle se débrouille fort bien en relations charnelles. Et il n'y a aucune raison pour que l'aventure ne continue pas, d'autant qu'entre Emma Govgaline et Clovis, il existe un froid qu'il aimerait bien voir se dissiper, la météo n'étant pas en cause.

La chaleur règne à Marseille, et au Beau Bar, à l'Estaque, les mominettes s'évaporent sans que les consommateurs s'en aperçoivent. Leurs esprits si, mais comme souvent ils sont embrumés, ils en redemandent pour masquer le vide de leur existence. Mais il n'y a pas que les mominettes qui descendent, des truands aussi. Une véritable hécatombe. Et les joyeux drilles, dont Biscotin, un habitué du Beau Bar, un locataire presque, avec lequel Clovis partage volontiers la table, comptabilisent les scores. Sauf que lorsque les morts sont à inscrire au tableau de chasse d'individus s'en prenant à de petits malfrats fréquentant le Beau Bar, certains se sentent gênés et pourquoi pas se trouvent dans la cible d'adversaires potentiels.

Tandis qu'Emma se voit confier l'enquête sur le nettoyage des truands par eux-mêmes, Arnal se focalise sur un tueur de jeunes femmes qui sévit dans les quartiers Sud de Marseille. Et il demande à Samantha, et sa copine stagiaire Davina, de se pencher sur les archives, à rechercher des points communs éventuels entre ces Un, Deux, Trois... égorgées. La brigade est en effervescence.

Samantha propose à Clovis de l'accompagner à Fuveau assister à la conférence d'un ancien policier qui doit déblatérer sur l'existence de Jack l'Eventreur, ses méfaits et sa thèse sur l'identité réelle de ce tueur en série londonien. Pour Clovis ce ne sont que rabâchage et divagations. Il a lui-même travaillé sur ce sujet vingt ans auparavant, alors que les archives de Scotland Yard venaient d'être accessibles au public, afin de rédiger un long article pour son journal. Article qui, étoffé, a fourni matière à un ouvrage toujours de référence. Et cette connaissance de cette affaire qui a défrayé, et continue encore, la chronique, il va en faire profiter Samantha et par ricochet le commissaire Arnal. Lequel compare les mutilations, éviscération et autres joyeusetés, pour le médecin légiste qui apprécie, perpétrées sur les victimes phocéennes.

Emma doit, tout en continuant son enquête sur les tueries marseillaises et truandesques, s'atteler à celle de l'éventreur. Elle est habituée à travailler seule, et parvient à établir le lien entre ces quatre victimes, oui il y en une de plus. Outre les similitudes de découpage, elle parvient à établir que toutes s'étaient rendues en Ukraine. Pour quel motif ? Et une fois de plus Clovis se sent sollicité car il a gardé des relations professionnelles avec de nombreux journalistes dont des Ukrainiens.

 

Maurice Gouiran invite le lecteur à participer à une double enquête, celle qui concerne bien évidemment l'assassinat de jeunes femmes issues des quartiers Sud de Marseille et l'assassinat de truands par des confrères jaloux. Cette dernière est intercalée dans l'intrigue principale et relève de la guerre des gangs, avec toutefois un petit plus.

Mais c'est bien l'histoire de ces femmes éviscérées qui passionne tout Marseille, ainsi que le lecteur, avec cette mise en parallèle avec les forfaits de Jack l'Eventreur. Toutefois il existe une différence fondamentale entre les meurtres du tueur en série du XIXe siècle et ceux qui sont perpétrés dans la cité phocéenne. L'un s'en prenait aux femmes de basse extraction, des prostituées, dans un quartier déshérité, tandis que le second choisit ses victimes dans les quartiers Sud, parmi des femmes entre trente et quarante ans, qui sont mariées, ou en concubinage, et leurs conjoints possèdent une situation professionnelle assise. Elles travaillent également sur des postes enviés, et toutes vivent bien de leurs revenus mais n'ont pas d'enfants.

 

L'épilogue est en paliers qui se rétrécissent au fur et à mesure que l'on gravit l'escalier double de la narration de ces intrigues.

Maurice Gouiran, outre ses connaissances sur Jack l'Eventreur, nous incite à réfléchir sur un problème social qui partage l'opinion publique. Même si une solution est proposée, votée, légalisée par un décret elle ne pourra jamais satisfaire personne, en raison même des idées politiques, morales, humaines ou religieuses de tout un chacun. Il délaisse quelque peu l'Histoire plus ou moins récente pour s'attaquer, via le biais de meurtres à la façon de Jack l'Eventreur, à des questions d'éthique et il laisse au lecteur le soin d'apporter une réponse qui ne sera jamais satisfaisante, malgré les prises d'opinion catégoriques d'hommes et de femmes, souvent politiques, qui œuvrent dans la démagogie.

 

Maurice GOUIRAN : Une nuit trop douce pour mourir. Collection Jigal Polar. Editions Jigal. Parution le 16 février 2015. 248pages. 18,50€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 28/03/2015 19:30

Une maison d'édition qu'il faut que je découvre urgeament.

Oncle Paul 28/03/2015 20:24

Et je suis sûr que tu liras quelques pépites...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables