Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 14:40

A lire en écoutant Tell me more and more...

Marc VILLARD : La pierre noire.

Andy Parker est infirmier au Metropolitan Hospital et lorsqu'il ne soigne pas ses patients, il dessine des portraits à la pierre noire, plus propre que le fusain. Des personnes rencontrées dans le métro, sur son lieu de travail également. Surtout. Ce jour-là il vient de croquer Costello, un vieil homme qui est décédé quelques minutes auparavant lorsqu'il apprend que Billie Holiday a été admise dans les locaux.

Andy se souvient d'avoir vu et entendu la chanteuse au Five Spot où elle avait interprété en compagnie du contrebassiste Mal Weldron quelques airs en échange de verres de bourbon. Emu il avait puisé dans sa maigre réserve afin de s'acheter les vinyles de la diva du jazz.

Avant de se rendre dans la chambre où Billie Holiday repose, il téléphone à un nommé Weinstein qui lui demande de passer le voir. Car Andy outre son statut d'infirmier fournit à Weinstein, un paralytique directeur d'une galerie, des portraits de personnes décédées, connues du grand public de préférence.

Outre l'alcool, Billie Holiday est dépendante d'une autre substance, la drogue, et son biographe indique qu'il faudrait lui en faire parvenir, malgré son état délabré, et l'interdiction d'en introduire en milieu hospitalier. Andy est accablé lorsqu'il voit Lady Day gésir dans ce lit et il refuse à Weinstein de faire le portrait d'une femme qu'il vénère, allongée, moribonde.

 

En amateur (dans le sens noble du terme) éclairé du jazz, Marc Villard se penche sur les derniers jours d'une icône du jazz. Ce n'est pas la première fois qu'il exprime sa compassion envers ces jazzmen, hommes ou femmes, qui ont joué d'un instrument, de leur voix et avec leur vie. Il nous les restitue dans des moments particuliers de leur existence, leur rend hommage, avec cette indulgence et cette affection tendres et affectueuses de l'amoureux qui pardonne tout et veut transmettre ses sentiments, ses sensations, ses émotions à un large public, passionné du jazz ou non.

Le lecteur habitué des romans policiers américains relèvera une référence cachée à Ed McBain, puisqu'il y est question du commissariat du 87ème.

Cette nouvelle a été pré publiée dans le défunt magazine Jazzman au début des années 2000.

De Marc Villard, voir également parmi les dernières parutions : Scènes de crime; Sharon Tate ne verra pas Altamont; El Diez.

Vous pouvez commander directement cette nouvelle numérique à la Librairie Ska, la livraison est gratuite.

 

Marc VILLARD : La pierre noire. Collection Noire Sœur. Editions Ska. 1,49€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Livre Numérique
commenter cet article

commentaires

Serge 31 02/11/2014 23:30

Bonjour Paul.
J'aime beaucoup ta réflexion: "La livraison est gratuite".
Finirais-tu par découvrir des vertus à la lecture numérique (:O))...?
Amitiés.

Oncle Paul 03/11/2014 10:18

Bonjour Serge
C'était mon petit trait d'humour...
La seule vertu que j'ai découverte aux livres numériques (pour l'instant je ne lis que des nouvelles sur mon ordi) c'est la possibilité de pouvoir jouer avec la taille de police de caractères. Car certains romans papiers sont écrits trop petits pour mes yeux qui vieillissent mal.
Mais à quand un salon du livre numérique avec des auteurs virtuels pour dédicacer leurs œuvres ?
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables