Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 05:16

Taper dans le ballon à en perdre la tête !

Roland SADAUNE : Rebonds.

Le match est terminé et si certains spectateurs sont ravis du résultat, la majorité d’entre eux sont assez furieux. La France vient de perdre contre le Portugal en coupe d’Europe de football. Il faut pourtant bien un perdant si l’on veut qu’il y ait un gagnant.

De toute façon, pour Marie Layne, tiens on dirait une chanson des Beach Boys arrangée par Martin Circus, donc pour Marie Layne, ce n’est qu’un épisode parmi tant d’autres dans sa jeune carrière de journaliste. Après être passée par un grand quotidien, l’Hexagone Matin, elle pige désormais pour une feuille locale de la Seine-Saint-Denis, l’InfoFlash, attachée au domaine de la Culture. Mais comme ce sont les vacances, son rédacteur en chef, Vendroux comme le journaliste sportif, lui a demandé de couvrir l’événement.

L’avantage en achetant un billet pour un match de foot, c’est qu’on a droit également à de la boxe et du catch. La sortie du Stade de France est houleuse, et des rixes se profilent. Des pétards fusent à moins que ce soit un attentat. On ne sait jamais. Malgré tout, Marie Layne parvient à s’extirper de l’agglomérat de corps humains, dont certains sont très vindicatifs, et alcoolisés.

Neuf jours plus tard, au petit matin, Marie est réveillée par son rédacteur en chef, par téléphone je précise. Une macabre découverte dans le canal requiert sa présence immédiate. Sur place elle retrouve Philippe Myros, un ancien confère de l’Hexagone qui office dans un journal concurrent. Et une fois de plus, elle qui est sujette à des cauchemars footballistiques, se trouve devant un filet de ballon qui contient… une tête. Un footballeur qui perd la tête sur le terrain, cela existe, mais enveloppée dans un filet ?

Parallèlement à l’enquête effectuée par Marie, qui est toujours devancée sur le terrain par Philippe Myros, le lieutenant Lacoste, peut-être en chemise du même nom car la chaleur règne en ce mois de juillet, est en charge de cette affaire qui devient un jeu de piste macabre car d’autres cadavres sont découverts, victimes collatérales ou non. Et c’est ainsi que tous trois vont parcourir, les uns après les autres, ou conjointement, les villes proches de Saint-Denis, c’est-à-dire Aubervilliers, Drancy, Dugny et autres, lancés sur des pistes comme dans un jeu de l’oie à l’échelle humaine.

En incrustation, une petite voix suit les divagations de Il, le tueur, mais une petite voix dont on ne saura qu’à la fin à qui elle appartient et qui s’élève comme un remords de conscience.

 

Si l’on suit avec plaisir et appréhension les aventures et mésaventures de Marie d’un côté, et du lieutenant Lacoste de l’autre, qui sont en butte à ce redoutable tueur qui ne s’embarrasse d’aucun principe, et de leurs chefs respectifs toujours sur leurs talons sans se déplacer, on est quelque peu frustré par l’épilogue. Moi tout du moins, car chacun peut ressentir différemment la fin, même si parfois il y a des ébauches d’explications.

Comme dans chacun de ses romans, Roland Sadaune met une part de lui-même dans l’intrigue et ses personnages. Ainsi parmi les SDF rencontrés, l’un des protagonistes se nomme la Barbouille, et cela nous ramène, de façon pessimiste à son autre passion-métier, la peinture. Car Roland Sadaune est aussi et surtout artiste-peintre, un statut qui explique sûrement sa capacité à dépeindre aussi bien les divers protagonistes qui parsèment ses romans. Mais comme dans les tableaux, il existe aussi des zones d’ombre. Et ce n’est pas la seule imprégnation de l’auteur dans le récit, et les lecteurs qui le connaissent par ses romans et ses peintures sauront de quoi je parle, ou écris.

 

Roland SADAUNE : Rebonds. Edition Sidney Laurent. Parution le 28 septembre 2018. 250 pages. 18,90€.

ISBN : 979-1032610992

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables